« Si Dieu Veut » de la Fonky Family fête ses 20 ans (Chronique)

Tout au long de l’année 2018, nous allons essayer de revenir sur des albums marquants du Hip-Hop aussi bien français que US qui fêtent leur 5, 10, 15, 20 ou 25 ans. N’hésitez pas à nous faire des retours sur ces chroniques, réagir et nous donner vos avis. Notre première chronique est donc sur la Fonky Family.

Sorti le 13 janvier 1998*, le premier album solo de la Fonky Family « Si Dieu Veut » fête aujourd’hui ses 20 ans. Je vais essayer de revenir du mieux possible sur l’origine du groupe et de ce projet qui fait partie des plus grands classiques du rap français. 20 ans après, l’écoute est toujours aussi plaisante dès les premières notes et la nostalgie se fait ressentir plus que jamais… Ceux qui ont grandi avec la FF dans leur lecteur CD comprendront, pour les plus jeunes qui sont de la génération PNL etc il n’est jamais trop tard pour se plonger dans l’essence même du rap marseillais.

Origine :

La Fonky Family est créée officiellement en 1994 lors d’un concert à Marseille et est composée initialement de la fusion des groupes Black And White Zulus et Le Rythme Et La Rime.
Lors du concert en hommage à Ibrahim Ali tué par balles par les colleurs d’affiches du FN en février 1995, le groupe se soudera et seul Namor quittera l’aventure. Après avoir participé à l’album solo d’Akhenaton sur les deux versions de « Bad Boys de Marseille » et quelques compilations, le groupe enregistre durant l’été 1997 son premier album solo.
Il est à noter que le 3 janvier 1998, 10 jours avant la sortie de l’album, la Fonky Family s’allie à IAM, 3ème Œil et K-Rhyme Le Roi pour la cultissime chanson « Le Retour Du Shit Squad », Sat expliquera en interview que l’idée vient du fait que la FF et IAM se revendiquaient plus gros fumeur de weed que l’autre, et donc que le son était un défi lancé entre eux.

L’album :

Deux clips seront présentés au public pour défendre le projet, en fin d’année 1997 « La Furie Et La Foi » et en septembre 1998 « Sans Rémission », qui avait une première version en 1997 pour la mixtape « Opération Coup De Poing » et qui a été retravaillé pour ne pas avoir du déjà vu dans l’album.
Dj Djel et Pone, tous les deux membres du groupe, produiront l’intégralité de l’album qui a été enregistré au Studio Cactus chez eux à Marseille et sorti sur le label Côté Obscur créé par les membres d’IAM.
Composé de 20 titres et durant 66 minutes, l’album contient des featurings avec Boss One du 3ème Œil et Akhenaton sur « La Résistance », Fresh de Le Venin sur « Les Mains Sales », les X-Men sur l’excellent morceau « Maintenant Ou Jamais », Bruizza sur « Verset V », Kertra sur « Sans Faire Couler Le Sang » et le 3ème Œil sur « Marseille Envahit ».
Au vu des invités, on peut immédiatement voir qu’à l’exception des X-Men et de Bruizza, qui est un américain spécialiste des freestyles en improvisation, tous les invités sont des proches à eux et tous sont des rappeurs de Marseille.
L’album comporte 7 interludes, Verset I à VII, chaque membre du crew va y avoir son solo, Le Rat Luciano sur les versets I, III et V, le cinquième étant avec Bruizza, Don Choa sur le IV, Sat sur le II, Menzo sur le VI et le VII qui est l’outro de l’album est réservé à Pone & Djel.

Ce qui fit le succès de cet album, c’est tout d’abord l’énergie des 4 MC’s qui vont lâcher tout au long du LP : phrases choquantes et dénonciatrices envers la société «Du vécu enfin, tu connais le refrain. On a faim, et rien n’est prêt de changer sauf les gueules des bouffons sur les billets», l’état «restez docile, non mais tu veux pas que je me laisse baiser aussi ?» les tasses-pé « j’veux une fille bien pas une putain qui manie le pénis avec plus de vice qu’Anna Nicole Smith », le tout sur des prods ultra variées de Pone & Djel qui ont une grande part de responsabilité dans la réussite de cette entreprise musicale.

Deuxième grande force, aucun morceau n’y trouve pas sa place. En effet, malgré une palette musicale variée, chaque titre se doit d’être présent et paraît pertinent. Les titres sont différents entre eux, certains durent plus de 6 minutes comme « Marseille Envahit », d’autres sont des interludes de 30 secondes ou de 2min30, d’autres sont sans refrain ou alors le refrain apparaît au bout de plus de 4 minutes. Ce qui fait la beauté de cet album, c’est l’insouciance du groupe. On peut parler d’anarchie constructive, ce qui peut paraître comme un manque de ligne directrice apparaît au final comme la grande force de l’album. Chaque son est pensé différemment et non pour faire une suite logique et malgré ça tout s’enchaîne très bien. Une âme bienveillante veillait sur eux à cette époque, et pourtant ce n’était que les prémices d’une belle carrière.

Conclusion :

Malgré leur jeune âge au moment du disque, 22 ans de moyenne, la Section Nique Tout délivre un classique du rap français. Le disque mettra 2 ans à être double disque d’or et est aujourd’hui vendu à plus de 400 000 exemplaires, il confirmera la place de Marseille dans le rap français. Le groupe sortira un an plus tard « Hors Série Vol.1 », en 2001 l’incroyable album « Art De Rue » qui restera leur plus grand succès ainsi que « Hors Série Vol.2 » et leur dernier album en groupe « Marginale Musique » en 2006.

La Fonky Family s’est ensuite reformée sur scène lors de la 19ème édition du festival Marsatac en juin dernier à Marseille, et à l’heure où des groupes emblématiques tels que la Sexion d’Assaut, le Secteur Ä, Sniper et autres se reforment, peut-on encore espérer un album un jour ?! Si Dieu veut…

1 Comment

  1. Sofia Jan 13, 2018 at 13 h 51 min

    <3

    Reply

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.