Retour sur 2013 en 5 mixtapes rap US 2/2 (Chronique)

Avant de commencer, si vous n’avez pas lu la première partie, nous vous conseillons de le faire en cliquant ici.

Nipsey Hussle – Crenshaw

Place maintenant à la rue, la vraie, en direct de Los Angeles avec un rappeur qui a aujourd’hui 12 mixtapes à son actif et seulement un album « Victory Lap » sorti cette année et qui fait sûrement partie des plus gros projets de 2018. Cet artiste est intéressant sous plusieurs points de vues notamment un dont on n’a pas l’habitude en France. En effet, il est une véritable star chez lui en Californie et il a eu beaucoup de mal à s’exporter en dehors des frontières de son état, par star j’entends le fait qu’il passe partout en club chez lui et que ça lui suffise pour vivre comme une célébrité. C’est un peu comme si Niska avait la notoriété qu’il a actuellement mais seulement dans le 91 et que « Réseaux » n’avait pas quitté l’Essonne.

Commençons par la base, Nipsey est originaire de Crenshaw Boulevard, la fameuse rue qui a vu passer tous les Low Riders, ces voitures aux suspensions particulières. Baigné dès le plus jeune âge par le gangsta rap avec des modèles comme Ice T & Ice Cube, le jeune Ermias Asghedom rejoint très jeune un gang des Crips, les Rollin’ 60’s Neighborhood. Gang auquel il est toujours affilié aujourd’hui même si on sent que ça influence moins sa musique sur le dernier projet. Actif dès 2005, le rappeur va se faire connaître par une trilogie de mixtapes « Bullets Ain’t Got No Name » qui vont lui apporter une grosse visibilité dans son état, lui permettant même en 2010 de poser sur l’album « Malice N Wonderland » de Snoop Dogg avec le morceau « Upside Down ». Une année 2010 particulièrement réussie vu qu’il sera également nominé parmi les XXL Freshmen et qu’il va annoncer la sortie de son premier album solo « South Central State Of Mind » , un projet qui ne sortira jamais car le rappeur va tout plaquer en quittant son label pour monter le sien All Money In.

2010 va donc commencer le vrai début de sa carrière mais aussi un virage, car il repart de 0 avec une nouvelle série de mixtapes « The Marathon » puis « The Marathon Continues » l’année suivante, le problème à ce moment là c’est que ce rappeur que tout le monde voyait reprendre le flambeau de L.A et devenir le porte-étendard du rap californien va voir une nouvelle génération débarquer et lui voler la vedette. Il s’agit bien entendu de l’équipe TDE, que ce soit Kendrick Lamar qui se faisait encore appeler K-Dot, Jay Rock, Schoolboy Q ou encore Ab-Soul mais aussi l’émergence de nouveaux rappeurs Bloods comme YG, avec qui il collaborera malgré tout sur plusieurs morceaux dont « FDT » un morceau anti-Trump au message assez clair. Malgré ça, Nipsey va continuer son chemin tout en étant catégorisé comme rappeur maudit malgré l’intérêt de plusieurs gros labels dont MMG de Rick Ross ou Young Money de Lil Wayne, mais il souhaite avant tout conserver sa totale indépendance et il va recevoir un soutien de poids en 2013….

Le 8 octobre 2013, « Crenshaw » la huitième mixtape de Nipsey est disponible, mixtape qui doit être la dernière avant la sortie de l’album « Victory Lap » qui sortira 5 ans plus tard sous un format un peu particulier. En effet il va choisir de mettre en ventes 1000 copies à 100$ (par la suite en 2014, il vendra 60 exemplaires de sa mixtape « Mailbox money » à 1000$), ce qui peut paraître fou à la base va être un pur succès quand Jay-Z va en acheter une centaine pour montrer son soutien au talent de l’artiste de LA qui récoltera donc 10 000$ rien qu’avec Hova. Superbe coup de com’ mais aussi superbe mixtape sinon on en parlerait pas ici. Elle est teasée avec habileté par 2 singles avant la sortie « Face The World » & « Checc Me Out » feat Cobby Supreme et surtout Dom Kennedy qui est à ce moment là un des très gros espoirs du rap de Los Angeles, puis défendue sur la durée pendant plusieurs mois, ce qui est assez rare pour un artiste indépendant et qui peut expliquer pourquoi il n’a pas enchaîné directement avec l’album.

Ce projet va être un vrai succès grâce à la cohérence de la mixtape, beaucoup de producteurs californiens comme The Futuristiks ou 1500 or Nothin’ mais aussi des références nationales comme 9th Wonder, il en va de même pour les featurings, Rick Ross, Dom Kennedy, TeeFLii, Skeme, James Fauntleroy parmi les californiens invités tout comme les deux gros rappeurs de Houston, Z-Ro & Slim Thug sur le titre « Go Long ».

Si la mixtape n’est pas forcément unanimement accueillie par la critique, un journaliste de « The Badger Herald » va parfaitement résumé la situation « Si vous êtes fan de la West Coast et en particulier du rap californien, cette mixtape est pour vous, par contre si vous aimez le son new-yorkais, que vous avez été bercé par Fat Joe, Nas ou Mobb Deep vous risquez de ne pas comprendre et de ne pas apprécier la musique de Hussle. »

En témoigne le dernier morceau de la mixtape qui s’appelle « Crenshaw And Slauson » (que certains voient comme un des morceaux majeurs du rap West Coast). Une ode à son quartier qui dure plus de 12 minutes et qui nous fait voyager et comprendre les difficultés rencontrées dans ce quartier puis nous montrant une réalité cachée derrière le luxe de Los Angeles et Hollywood où le rêve américain n’est pas le même pour tous….

Projet en téléchargement gratuit ici.

Gucci Mane – Trap God 2

Comment faire cet article sans en placer une pour Gucci Mane, rappeur qui a influencé à peu près 70% des rappeurs actuels aussi bien français qu’américains. Nous ne reviendrons pas en détails sur sa carrière, ni sur sa discographie car il faudrait 8 articles de 20 pages chacun pour parler de ses 12 albums, de ses 3 compilations, de sa B.O., de ses 7 EPs et de ses 72 mixtapes pour un total de 95 projets. Il sortira 13 mixtapes rien que pour l’année 2013 et aujourd’hui on va s’axer sur « Trap God 2 » et je vous expliquerai ce choix plus bas, mais je vais vous expliquer tout de suite pourquoi je n’ai pas choisi « Trap House III » qui est mieux mixée, mieux réalisée mais qui ressemble beaucoup trop à un album et qui en plus n’est pas disponible sur Datpiff, je tenais à rendre hommage à cette époque de mixtapes gratuites et donc j’ai exclu ce (très bon) projet de mes choix mais je vous invite à le découvrir si vous ne le connaissez pas.

Après avoir vu le nombre de projets sortis par Gucci vous devez vous dire qu’il a plus de 30 ans de carrière derrière lui, et bien non seulement 13 ans ont passé depuis son premier album « Trap House » qui avait atteint la 5e place des tops ventes rap indé avec 137 000 copies écoulées au total. Considéré comme un des pionniers de la trap avec T.I. & Jeezy, le rappeur d’Atlanta a eu une carrière ainsi qu’une vie très mouvementée, nous ne reviendrons pas non plus sur ses nombreux démêlés avec la justice, une quinzaine allant du meurtre, à l’agression en passant par le trafic de drogues, la violation de conditionnelle ou encore le port d’armes illégal. Rappelons juste au passage, qu’il se définissait comme un millionnaire SDF et ce à juste titre : il avait plusieurs millions sur son compte mais n’avait acheté aucune maison vivant dans son studio ou chez des amis et consommant des quantités de drogues hallucinantes.

Nous allons maintenant remettre la sortie du projet dans son contexte, cela fait 4 mois que Gucci n’a sorti aucune mixtape, la dernière en date « Trap God » contenait une diss track contre Young Jeezy particulièrement violente « Truth ». Un clash qui remontait à 2005 lorsqu’une collaboration entre les deux rappeurs « Icy » devait se retrouver sur l’album « Let’s Get It : TM101 » mais sera utilisée par Gucci pour « Trap House » sans payer Jeezy, suivront plusieurs morceaux d’insultes où chacun répondra à l’autre, « Stay Strapped » pour YJ & & « Round One » pour Gucci jusqu’à que ce que l’irréparable se produise : le 19 mai 2005 alors que Gucci Mane se rend chez une femme il tombe dans un guet-apens tendu par les hommes de Jeezy où il tuera le rappeur Pookie Loc proche de Jeezy.  Le lendemain, il ira se rendre à la police et sera mis en examen pour meurtre. S’il sera acquitté du meurtre car les jurés retiendront la légitime défense, le clash repartira quant à lui de plus belle pendant une décennie surtout quand DJ Drama proche de Young Jeezy sortira un projet commun avec Gucci Mane « Gangsta Grillz » . Tout se calmera en 2009 avant de repartir de plus belle (je vous passe les détails mais en gros de sombres histoires de bagarres mêlant Waka Flocka Flame). Si Jeezy va essayer de calmer le jeu, Gucci va en remettre une couche jusqu’à sortir le fameux morceau où il accuse la meuf de Young de l’époque, Keyshia Cole, d’être infidèle, il accuse également YJ d’être un mauvais père, de se ne pas avoir réussi à voler la chaîne de Guwop malgré une prime de 10 000$ et surtout il revient sur les détails de la nuit où il a tué le pote de Jeezy.

4 mois, c’est la durée la plus longue entre 2 projets avant qu’il ne rencontre Keyshia Ka’oir et qu’il se marie avec en 2017 quelques mois après sa sortie de prison après un an et demi d’incarcération, une femme qui va radicalement le changer et lui permettre d’entamer une deuxième carrière. Mais là nous sommes dans le premier volet de sa carrière, une période où il est un des grand patrons de la trap que ses projets sont appréciés mais s’enchaînent trop vite (3 mixtapes sorties le même jour par exemple) pour qu’il puisse réellement les défendre.

« Trap God 2 » est pour moi une de ses meilleurs mixtapes pour plusieurs raisons, c’est une des premières où il prend quelques risques en invitant d’autres personnes que sa garde rapprochée des Young Dolph,  Young Scooter, Waka Flocka Flame et autres Big Bank Black & PeeWee Longway qui sont présents sur la tape mais aux côtés de chanteurs comme Lloyd & Verse Simmonds, ou de rappeurs comme Young Thug, Rocko, Lil Wayne ou encore plus surprenant Wiz Khalifa.

Du côté de la prod, peu de risques et beaucoup de qualité : Zaytoven à la baguette sur plusieurs titres entouré d’une jeune vague de producteurs connus aujourd’hui Honorable C.N.O.T.E., TM88, DJ Spinz, Lex Luger ou encore Drumma Boy. C’est une des raisons de la présence de la tape dans cette liste, elle a permis avec d’autres projets de permettre à tous ces producteurs de génie de se faire un nom et une réputation dans le game américain et certains comme Zaytoven sont aujourd’hui des références mondiales.

projet en téléchargement ici.

Les autres projets

Lil Wayne & DJ Drama ont aussi sorti une tape cette année là avec Dedication 5 mais qui est loin d’être au niveau du deuxième volume (qui est pour moi le meilleur) d’où son absence.

Une autre mixtape importante : The H : The Lost Album Vol.1 de Rick Ross & Birdman, on attend toujours le volume 2…..

Le regretté Mac Miller avait également été actif cette année là avec une mixtape solo Delusional Thomas et une collaborative avec Vince Staples Stolen Youth trop souvent oubliée….

Pour Noël, Fabolous avait sorti The Soul Tape 3, un bien beau cadeau.

Parmi les très belles promesses de l’époque se trouvait Tyga avec Well Done 4 avant qu’il ne se perde en chemin même si son dernier projet est très encourageant.

Autre belle promesse qui n’a jamais confirmée, Rich Homie Quan avec Still Goin In : Reloaded .

Artiste à part dans ce game, Kevin Gates avait gravi pas mal de marches avec sa mixtape Stranger Than Fiction.

Artiste qu’on a déjà évoqué en parlant de Gucci Mane, Young Jeezy avait été productif avec #It’sThaWorld & #It’sThaWorld 2.

2013 est aussi le début de la vague Migos qui va déferler sur le monde avec Y.R.N..

Parmi les grosses influences du rap actuel, il y a un jeune rappeur de Chicago Chief Keef qui avait envoyé deux mixtapes cette année-là Almighty So & Bang Pt.2 .

Tête d’affiche actuelle, Joey Bada$$ faisait encore ses gammes à l’époque avec Summer Knights.

Mixtape que j’ai failli inclure tellement je la trouve forte, Signed To The Streets  de Lil Durk mérite toute votre attention.

En attendant la sortie de son premier album My Name Is My Name, Pusha T avait envoyé Wrath Of  Caine .

Le buzz de YG  était devenu beaucoup plus important après la sortie de Just Re’d Up 2 un nom clairement inspiré par son affiliation au gang des Bloods.

Le Hustle Gang de T.I. avait envoyé la très bonne mixtape G.D.O.D. qui avait révélé plusieurs rappeurs comme Travis Scott, B.o.B., Iggy Azalea ou encore Chip.

Rappeur chrétien, Lecrae avait un gros engouement autour de lui en 2013 et de son projet Church Clothes 2.

2013 est aussi l’année du premier projet de Kodak Black Project Baby et si vous ne connaissez pas ses débuts allez y jeter une oreille.

Loin d’être un des rappeurs les plus connus, King Los a sorti une très grosse mixtape avec Becoming King.

Avant de tomber dans les drogues dures, Juelz Santana a été un rappeur très talentueux comme en témoigne Good Will’n.

A la suite de son album « Jesus Piece » , Game avait sorti O.K.E., une mixtape plutôt réussie.

Et on finit avec une très belle promesse qui n’a pas répondu aux attentes lui non plus, Ace Hood avec Starvation 2, mais son dernier projet est très bon alors gardons espoir.

Et toi c’est quoi ton top 5 ? Quelles mixtapes écoutes-tu encore aujourd’hui ?

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.