Retour sur 2013 en 5 mixtapes rap US 1/2

Chaque année le hip-hop nous gratifie de centaines de projets, 2013 en fait évidemment partie… Nous allons revenir sur cette année marquée par beaucoup de faits comme l’affaire Cahuzac, le déraillement du train à Brétigny, l’assassinat de Clément Meric par des fachos (RIP) ou encore la légalisation du mariage homosexuel, mais vous vous en doutez bien ce n’est absolument pas ces thèmes là qui vont nous intéresser aujourd’hui donc ne fermez pas la page car nous allons revenir sur cette année folle pour l’industrie musicale avec 5 mixtapes de rap US que beaucoup ont dû oublier à cause du rythme effréné de sorties des différents artistes ces 5 dernières années.

Pour commencer, précisons que le choix fut très dur avec une trentaine de mixtapes susceptibles d’y figurer mais n’hésitez pas à nous dresser votre propre classement. Quelques projets ne figurant pas dans ce « top » seront cités dans la deuxième partie de l’article à venir. De plus, tous les projets dont nous allons parler sont disponibles en téléchargement gratuit sur Datpiff, il vous suffira de cliquer sur les liens correspondants. Pour vous replonger à l’époque, nous allons tout d’abord parler du parcours de ces artistes et de la notoriété qu’ils avaient en 2013 avant de finir par démontrer l’impact et l’importance de ces mixtapes notamment pour la suite de leur carrière.

Meek Mill – Dreamchasers 3

Originaire de Philadelphie, ville de 1,5 million d’habitants sur la East Coast, Meek Mill est le rappeur de la nouvelle génération qui a permis de redonner ses lettres de noblesse à cette ville qui a abrité beaucoup de très bons rappeurs comme Freeway, Outerspace, DJ Jazzy Jeff & The Fresh Prince (Will Smith), Beanie Sigel, le légendaire groupe The Roots ou encore Cassidy d’UGK.

Comme beaucoup de jeunes hommes noirs issus des quartiers défavorisés, Robert Williams, son nom à l’état civil, n’a que très peu connu son père, décédé quand il n’avait que 5 ans et a été élevé par sa mère au Nord de Philadelphie. Il débute le rap jeune avec son groupe The Bloodhoundz avec qui il sortira 4 mixtapes avant qu’ils ne se séparent. Ses premières mixtapes paraîtront entre 2007 et 2010 avec les séries « The Real Me » et « Flamers », c’est avec le volume 1 de cette dernière qu’il se fera repérer par T.I. mais des différends financiers les empêcheront de trouver un accord pour la signature du jeune prodige chez le Hustle Gang.

C’est après sa septième mixtape « Mr. Philadelphia » qu’il va signer chez MMG, l’écurie de Rick Ross, nous sommes à ce moment là en 2011 et c’est à ce moment là qu’il va se faire connaître à l’échelon national grâce à sa participation aux trois volumes de « Self Made » avec le Maybach Music Group, ainsi que par son premier gros banger « I’ma Boss » feat Rick Ross suivi du remix feat T.I., Rick Ross, Lil Wayne, Swizz Beatz & Birdman et surtout avec la série de mixtapes « Dreamchasers » dont le premier volume sort en 2011 et comptabilise plus d’un million de téléchargements.

A partir de ce moment, tous les voyants sont au vert pour Meek Mill et l’attente autour de son premier album est à son comble. Malgré tout, l’artiste de MMG va choisir de sortir une nouvelle mixtape « Dreamchasers 2 » le 7 mai 2012 qui est la mixtape de rap US la plus écoutée et la plus téléchargée sur le site datpiff (4 millions d’écoutes et 5 millions de téléchargements), portée par deux énormes singles « Burn » avec Big Sean et surtout « Amen » sur lequel on retrouve Drake (bien avant leur clash on peut voir que les deux artistes ont collaboré ensemble et que le résultat était assez impressionnant) qui sera d’ailleurs présent sur le premier album solo « Dreams & Nightmares » disponible le 30 octobre 2012 (4 jours après la fondation de son propre label Dream Chasers Records) et qui fera une très bonne première semaine avec 165 000 copies écoulées. Seule petite ombre au tableau, la controverse autour du single avec Drake soulevée par un pasteur qui appelle au boycott car Meek Mill blasphème dans cette musique ainsi que le clash par morceaux interposés avec Cassidy du groupe UGK. Mais les vrais problèmes commencent en décembre 2012 avec la décision de justice visant à lui interdire de quitter sa ville suite à sa violation de conditionnelle visant le port d’armes (suite à une affaire datant de 2009).

C’est dans les conditions décrites plus haut que sort le 29 septembre 2013 « Dreamchasers 3 » dont aucun single ne sera dévoilé auparavant. Pour cette mixtape, Meek Mill va rester dans la même ligne directrice que les deux précédents volumes en confiant la direction du projet à DJ Drama. Si vous voulez vous faire une idée rapide du projet, je vous conseille 3 morceaux : « Dope Dealer » feat Nicki Minaj & Rick Ross – il faut se remettre dans le contexte de l’époque où les 3 rappeurs présents sur le morceau sont 3 des plus grosses têtes d’affiche du moment, c’est un peu comme si aujourd’hui, on avait un morceau réunissant Drake, Kendrick Lamar & Post Malone -, « Lil Nigga Snupe » qui est un hommage à son ami et artiste signé sur son label Lil Snupe assassiné un mois avant la sortie de la tape puis « My Life » feat French Montana qui est une très belle collaboration et qui est d’ailleurs le morceau qui a le mieux fonctionné sans pour autant être clippé.

La critique va être assez unanime pour accueillir positivement ce projet, seul XXL Mag ne va pas être totalement convaincu et ne lui accorder que la note de 3/5 et la 20e place des meilleures mixtapes de 2013.
Pour moi, cette mixtape est importante car elle marque la fin de l’ascension du rappeur de Philadelphie et aussi la fin d’une époque du rap qui va rentrer dans une nouvelle ère sous l’impulsion d’une nouvelle génération, bien que les projets suivants soient de très bonne facture comme « Dreams Worth More Than Money » ou « Dreamchasers 4 » , les ennuis notamment judiciaires vont commencer à cette période là allant jusqu’à son incarcération. Malgré tout, il reste un rappeur majeur du game américain comme en témoigne son dernier album en date « Wins & Losses » sorti en 2017.

Pour télécharger la mixtape, cliquez ici .

Chance The Rapper – Acid Rap

L’artiste suivant vient de la même ville que Kanye West, rappe de façon différente à la plupart des mecs de Chicago, il s’agit de Chance The Rapper. Si le projet « Acid Rap » se retrouve parmi les 5 choisis c’est pour deux raisons : un déjà parce-que cette mixtape est possiblement la meilleure de cette année-là mais aussi parce-que 2013 a été une très grande année pour cet artiste qui se fait beaucoup trop rare.

Pour se remettre dans le contexte de l’époque, le rap parle en grande majorité de gangsters, d’armes, de drogues et est avant tout egotrip, quoi de plus facile pour un artiste d’une ville gangrenée par la criminalité comme l’est Chicago d’arriver comme l’a fait Lil Durk en reprenant ces codes là et en se les réappropriant ? Chance a tellement plus à proposer. Après sa première mixtape « 10 Day » dont le nom vient du fait qu’il a été exclu dix jours de son lycée après avoir été pris en possession de marijuana, l’artiste va nous offrir ce qui reste à ce jour, pour de nombreux auditeurs, son meilleur projet.

Grâce à ce premier opus téléchargé plus de 500 000 fois sur Datpiff, Chance se retrouve nominé parmi les XXL Freshmen 2013 aux côtés de Travis Scott, Joey Bada$$, Ab-Soul, Schoolboy Q, Logic ou encore Action Bronson. Mais pas de quoi mettre la pression à ce jeune artiste qui n’a à ce moment là pas encore fêté son 20e anniversaire, bien au contraire. Ce qui est vraiment bluffant quand on pense à la performance aussi bien vocale que musicale réalisée par l’artiste et les beatmakers, c’est qu’il n’est signé sur aucune major et est dans la totale indépendance, les invités sont quasiment que des proches à lui, certes talentueux mais avant tout des amis ou des collaborations où l’affectif a primé comme BJ The Chicago Kid, Twista, Childish Gambino, Vic Mensa, Action Bronson, Ab-Soul ou Saba pour ne citer que ceux qui sont aujourd’hui identifiés dans le paysage du rap américain.

Tout au long des 13 morceaux, il nous emmène dans son univers où se mélange funk, hip-hop, soul, blues, jazz, où il mélange les styles d’artistes comme Kanye et R. Kelly en y ajoutant une touche de hip-hop à la Twista qui n’est pas présent sur le disque pour rien. Mais malgré son jeune âge et ses influences diverses, la marque de fabrique de Chance est la contestation sociale en utilisant des comparaisons frappantes comme quand dans le morceau « Pusha Man/Paranoia » , il compare la violence des gangs de Chicago à celle de l’ouragan Katrina, il est aussi capable de nous faire des introspections de lui-même particulièrement touchantes comme ce fut le cas sur le morceau « Acid Rain » (morceau validé par Obama au passage).

Mais ce qui est à titre perso le point culminant de la mixtape reste « Cocoa Butter Kisses » aux côtés de Twista & Vic Mensa et produit par J.U.S.T.I.C.E. League qui parle du moment où l’on rentre dans l’adolescence où l’on commence à repousser sa mère et à jouer le rebelle.

La mixtape est considérée par beaucoup, dont moi, comme la meilleure de 2013, les magazines s’extasient sur le talent du jeune artiste qui verra même son projet finir dans le top des meilleurs albums de l’année, ce qui est particulièrement rare pour une mixtape gratuite. La tape étant sortie le 30 avril, le reste de l’année ne fut que succès car évidement, tout le monde le voulait, alors en pagaille on le retrouve dans une publicité pour MySpace, au festival de Lollapalooza, en featuring sur l’album de Justin Bieber, en featuring avec James Blake ou encore avec un de ses morceaux utilisé dans une pub pour Adidas.

Mais alors que la notoriété est à son paroxysme, Chance va choisir de rester dans son coin et de ne pas ressortir de musique pendant une longue période, jusqu’à la sortie de son projet commun avec Lil B « Free » composé de 6 freestyles comme The BasedGod et Chance savent si bien le faire, avant un autre projet majeur du rap US à savoir « Coloring Book » qui est lui aussi un projet incroyable mais on s’y attendait beaucoup plus, et les invités sont d’un calibre supérieur.

Depuis, deux mixtapes communes avec Jeremih parues pour Noël en 2016 avec « Merry Christmas Lil Mama » et en 2017 avec « Merry Christmas Lil Mama Rewrapped » , si ce n’est quelques feat et 4 sons balancés cet été, l’artiste se fait plutôt discret mais a balancé une info qui nous fait saliver, son premier album studio sera produit par Kanye West et devrait sortir ce mois-ci. Un projet repoussé depuis un certain temps déjà, mais quand on voit qu’on a pu avoir « Tha Carter V » , rien n’est impossible !

Pour télécharger la mixtape , cliquez ici .

Logic – Young Sinatra : Welcome To Forever

Il y a quelques semaines, Logic a conclu l’aventure Young Sinatra avec un quatrième volume « YSIV » particulièrement réussi comme en témoigne ce morceau réunissant l’ensemble du Wu-Tang Clan, mais nous allons revenir 5 ans en arrière à une époque où il est un rappeur qui vient d’être nominé parmi les XXL Freshmen 2013 aux côtés de Chance The Rapper et où il vient de signer chez l’écurie Def Jam.

Très proche de Big Lenbo qu’on retrouve sur la plupart de ses projets, l’artiste originaire du Maryland a débuté dès 2009 avec sa première mixtape « Psychological: The Mixtape », suivie de « Young, Broke & Infamous » l’année suivante. Deux premiers projets assez confidentiels qui se sont fait connaître après coup principalement, car le buzz va arriver avec le premier volume de « Young Sinatra » en 2011, projet qui va lui permettre de rejoindre le label légendaire Def Jam sur les conseils du producteur No I.D.

Et c’est donc avec le deuxième volume de la saga que l’artiste va commencer à parler des thèmes qu’on peut retrouver sur ses morceaux jusqu’à aujourd’hui : son futur, les problèmes de drogues de certaines personnes de sa famille qui l’ont marqué plus jeune, le fait d’avoir des fans, le fait d’avoir quitté l’école, un excellent projet qui marque les prémices pour la suite, sa nomination parmi les XXL Freshmen 2013. On vous rappelle juste que l’on parle d’un artiste qui n’a pas encore sorti le moindre album à ce moment là.

Si le succès est déjà présent à cet instant, Logic n’est clairement pas prêt pour ce qui va lui tomber dessus. Le 7 mai, le projet est disponible sur le site Datpiff et va comptabiliser plus de 100 000 téléchargements en moins d’une journée ce qui en fait un des meilleurs démarrages pour une mixtape. Le projet va être unanimement acclamé aussi bien par le public que par la critique touchée par la sincérité émanant de « Young Sinatra : Welcome To Forever » . Ce qui est fort avec cette tape c’est de voir tous ces jeunes rookies présents, des artistes que tout le monde voyait exploser dans les années suivantes, ce qui n’a pas été vérifié pour tout le monde malheureusement, on y retrouve Jon Bellion, Jhené Aiko, Kid Ink, Trinidad James, Dizzy Wright, Elijah Blake.

Cette mixtape va ouvrir de nouveaux horizons aussi bien musicaux qu’humain au rappeur du Maryland qui va enchaîner dans les mois qui suivront avec son premier album solo « Under Pressure » qui sera un carton plein, malheureusement en parallèle avec cette montée du succès, l’artiste va être en proie à des très gros problèmes de stress en rapport à la notoriété et au succès, la peur de voir de mauvaises personnes se rapprocher de lui juste parce-qu’il est Logic et non pas Sir Robert Bryson Hall II, son nom à l’état civil. Des problèmes aujourd’hui surmontés grâce à l’aide de ses proches. Tout ceci est d’ailleurs très bien expliqué dans un des épisodes de la série Netflix « Rapture » que l’on ne peut que vous conseiller.

Aujourd’hui, Logic est une des plus grandes stars de la scène hip-hop et fait partie des rappeurs les plus riches avec une fortune estimée à 18 millions de dollars, il a sorti 4 albums et fait des tournées mondiales. Cette mixtape méritait sa présence ici grâce à sa qualité intrinsèque et aussi car c’est le projet qui lui a permis de se lancer vers les sommets.

Pour télécharger la mixtape, cliquez ici .

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.