Red Bull Music Festival : Harry Fraud prolonge l’amitié franco-américaine…

Comme en 2017, la Red Bull Music Academy a fêté l’arrivée de l’automne en faisant plaisir aux fans de rap français que nous sommes. Harry Fraud, producteur éminemment important de la scène rap new-yorkaise s’associe avec huit artistes francophones pour un nouvel EP fort sympathique nommé Brooklyn-Paris.

La suite du projet Paris L.A. Bruxelles, qui voyait collaborer le producteur The Alchemist avec des rappeurs tels que Lomepal, Deen Burbigo ou Gracy Hopkins est en ligne ! Tout comme l’an dernier, la fine fleur du rap francophone – la plupart du temps hors de l’Île de France comme ne le laisse pas supposer le titre – a été recrutée par la boisson énergisante. Les bruxellois Blu Samu et Krisy, les genevois Di-Meh et Slimka, Le niçois Infinit’ s’associent avec les franciliens Dinos, Jok’air et Triplego le temps d’un projet exceptionnel.

Tout comme l’an dernier avec The Alchemist, il est agréable de noter que Harry Fraud ne s’est pas contenté de livrer ses restes à ces rappeurs. On retrouve la patte de celui qui a longtemps collaboré avec French Montana ou Action Bronson, mais elle prend différentes formes dépendant de l’artiste crachant son feu. Si la guitare électrique très psychédélique de « Fraud Saus » donne un côté mélancolique au morceau de Blu Samu, le piano lugubre de « KMT » permet quant à lui au duo Di-Meh/Slimka d’imaginer une nouvelle sorte de banger.

La réussite de ce projet repose sur l’équilibre très sain qu’il existe entre chaque pistes : Tous les rappeurs semblent être placés dans leurs zones de confort sans que l’authenticité d’Harry Fraud en soit affectée. En plus de la qualité des productions du New-Yorkais, le charisme des interprètes est également louable. Jok’air, Sanguee de Triplego, Krisy et Dinos sont peut-être ceux dont l’interprétation est la plus reconnaissable.

Le deuxième mariage « producteur américain/rappeurs francophones » fonctionne très bien, peut-être même mieux que le précédent avec The Alchemist. Brooklyn-Paris garde une unité sonore très appréciable tout en laissant beaucoup de liberté créative aux invités. L’un des légers regrets que l’on peut émettre est l’absence de collaborations inédites comme avait pu l’être celle entre Lomepal et Prince Waly. Tous les morceaux sont d’un niveau relativement similaire mais s’il fallait désigner  l’artiste se démarquant le plus, cela ne pourrait être qu’Infinit’. « Quand je me lève » nous rappelle, comme tous les grands couplets crachés par le niçois en 2018, que ce dernier est tout près d’être le plus habile des rimeurs du pays.

Red Bull Music Festival 

Une semaine après la sortie sur toutes les plateformes de streaming du projet Brooklyn-Paris, avait lieu un concert exceptionnel à l’Elysée Montmartre où se réunissait tous ces artistes ainsi que Harry Fraud lui-même ! Dans une ambiance passant de la détente à la révolution en quelques secondes se sont succédés dans cet ordre Infinit’, Blu Samu, Sanguee de Triplego, Krisy, Di-Meh & Slimka, Dinos puis Jok’air.

Il était agréable d’entendre les nouveaux morceaux issus du projet, mais chacun des artistes a aussi proposé deux autres morceaux issus de leurs albums respectifs. L’ambiance a donc été très changeante d’un set à l’autre sans que le public en soit confus pour autant. Chaque performance, bien que courte, se démarquait drastiquement de la précédente et chacune d’entre elle était également marquée par la simplicité et la bonhomie apparente de Harry Fraud qui était derrière les machines. Tous les MCs qui se passent le relais sont reconnaissants de l’expérience et le producteur ne l’est pas moins. Il clôt d’ailleurs ce show convenu mais de qualité en les remerciant tous, eux et le public parisien venu assister à cette communion unique.

 

Projetons-nous maintenant au 21 septembre 2019 : Quel producteur américain aimeriez-vous voir sur scène, et avec quels rappeurs ? Just Blaze, TM88, Metro Boomin !? Avec Koba la D, Ninho ou SCH ? Dit comme ça, cela paraît fou, mais qui pensait il y a peu que Harry Fraud produirait un son pour Dinos ?

Photos prises par Valentina Leoni
Yoofat est sur twitter

A appris à aimer grâce à Kanye West, Nekfeu, Alpha Wann et Eiichiro Oda..

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.