Quand l’Opéra rencontre le Rap, ça donne OPERAP et c’est puissant !

Le pianiste Sébastien Damiani et le rappeur Faf Larage ont eu pour idée d’organiser une rencontre entre l’Opéra et le Rap pour donner OPERAP. Bien que ce mélange ne date pas d’aujourd’hui et était déjà présent dans les années 90 avec probablement le meilleur exemple l’album concept « The Rapsody Overture » mariant le rap et la musique classique avec notamment le titre « Prince Igor » de Warren G et la chanteuse d’Opéra Sissel, le résultat est toujours impressionnant et inattendu !

En 2015 déjà le duo avait sorti le projet « Extented Play » en mode hip-hop symphonique sur lequel on retrouvait tout un orchestre et aujourd’hui place à L’opérap ! Pour cette grosse connexion, c’est pas moins de 6 générations de rap old school/new school, un pianiste, une chorale, un choeur, une chanteuse, le réalisateur Simon Magnani et toute une équipe de réalisation d’Alabama Prod qui se sont réunis pour nous fournir une prestation ultra puissante de 6 minutes accompagnée d’un clip tout aussi plaisant à visionner.

L’histoire débute avec une petite fille qui s’endort sur l’épaule de sa mère, ensuite elle s’imagine à L’Opéra de Marseille dans une atmosphère assez mystérieuse où elle s’improvise chef d’orchestre, puis Youssef Swatt’s, Shurik’n, Sat L’Artificier, Faf Larage, Lacraps accompagné d’Ali Polva puis Demi Portion viennent rapper tour à tour pour représenter la culture hip-hop comme il se doit, la voix saisissante de Cécilia Arbel accompagne le tout. On ne vous en dit pas plus, le mieux c’est de le découvrir par soi-même et de juger si oui ou non ce mariage de deux courants musicaux bien différents est appréciable, une chose est sûre les codes sont brisés et comme le dit Faf : « OPERAP : Un Livret de plus, pour la rue et l’art »

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.