Sur la route du Grand Cru Tour (Chronique/Photos)

«Fuck Marine Le Pen, Fuck Donald Trump». Actualité chargée oblige, Deen Burbigo poursuit sa route du Grand Cru sans oublier de payer sa consigne de vote. Ce 6 mai, il était à la Roch School Barbey de Bordeaux, précédé de Take A Mic et Galaburdy.

Galaburdy, le régional de l’étape, ambiance une foule conquise et présente son deuxième EP, Harvey Dent. Malgré son jeune âge, le rappeur, bien entouré par son Dj Reckless, son backeur Feeko et l’aérienne Loïse, dégage une assurance toujours aussi saisissante, déjà entrevue en amont du concert de  Georgio.

.

Take A Mic prend le relai. L’enfant du 91 vit un début d’année chargé. «Bipolaire» est sorti en janvier, «Boîte noire» en avril alors que «La malédiction du Nord», l’album pensé et mijoté avec son collectif Eddie Hyde, est disponible depuis le 5 mai.  Pendant plus d’une demi heure, Take A Mic propose un set dynamique où il enchaîne sons et freestyle avec une énergie débordante, comme l’atteste une voix à l’éraillement exponentiel au fur et à mesure que la performance se poursuit.

 

 

 

 

Il termine par «Blessure d’amour» : « je sais que c’est de la merde mais c’est mon premier million de vue ». Non, ce n’est pas de la merde, c’est juste un premier succès d’envergure mérité après des années de travail dans l’ombre des radios et télévisions (excepté OKLM).

Les portes sont ouvertes depuis plus de deux heures quand Deen Burbigo et son immense sourire apparaissent sur «On y va». Le marseillais de naissance affiche l’engouement de celui qui s’est fait seul et lentement, et pour qui les choses cartonnent enfin. Sur scène, le changement de classe de «Papy» est manifeste. Désormais, il évolue au milieu de deux paravents propices aux ombres chinoises, accompagné d’Eff Gee et de son petit reuf Jekhyl.

On pouvait éventuellement s’attendre à une performance prisonnière d’un premier album à succès. Ces doutes disparaissent dès le deuxième son puisque «Qui suis-je ?», issu de «Fin d’après-minuit» (2014), est proposé avec un micro à pieds. La fosse n’a pas le temps de souffler, les morceaux s’enchaînent si vite que le maître de cérémonie en perd ses mots. Qu’à cela n’tienne, il a plus d’un tour dans son sac : «on a une règle sur le «Grand Cru Tour» : celui qui se loupe doit un freestyle». Les comptes «sont remis à zéro» grâce à «Booska Fluide» interprété a cappella.

La mise en scène de «Me réveiller», avec un canapé  sur lequel la tête d’affiche du jour oscille entre position assise et couchée, montre la variété et les progrès effectués par Deen Burbigo, dont la performance va désormais bien au delà du tryptique «micro/backeurs/allers retours sur la scène».

 

Sam’s, présent dans la foule, profite avec les autres spectateurs des derniers instants, où «Tu rèves» précède «Pas une autre»,  l’un des prochains tubes de l’été.

Prochaine étape du «Grand Cru Tour» le 13 mai à Oignies (62).

Lucas Rougerie / Twitter: lucasrougerie

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *