Bien que Nikos Aliagas ne soit pas parvenu à prononcer son prénom (de trois lettres !!) correctement, il ne faut absolument pas en douter : Aya Nakamura est une superstar. Et s’il faut plus que des mots d’un auteur inconnu pour vous en convaincre, ce clip, réalisé par Vladimir Boudnikoff illustre bien mieux l’hypothèse avancée peu auparavant :

Toi t’es bon qu’à planer
Ouais je sens t’as l’seum, j’ai la boca
Entre nous y’a un fossé
Toi t’es bon qu’à faire la mala

Certaines séquences du clip brillent tellement qu’on ne sait plus si nous avons à faire à la Beyoncé de Dangerously in Love ou à la chanteuse d’Aulnay-Sous-Bois ! A mi-chemin entre la précision de « Formation » et l’esthétique de « Apeshit », ce visuel de « Pookie » semble bel et bien être la réalisation audiovisuelle la plus ambitieuse et la plus soignée d’Aya Nakamura. Histoire de bien rappeler le nouveau statut de celle qui, comme VALD, a été nommé  dans le classement Forbes des trente Européens de moins de trente ans les plus influents. Aulnay-Sous-Bois, stand up !

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.