La Chronique du L #9 Zamdane – 20’s (Chronique)

A Marseille quand on pense au rap, les anciens citeront IAM, FF, 3ème Oeil ou Psy4 De La Rime alors que les jeunes auditeurs penseront tout de suite à Naps, Jul ou YL mais peu voir aucun ne citera Zamdane jeune rappeur marseillais qui vient de sortir « 20’s » son premier vrai projet qui fait suite au mini EP de 2 titres sorti fin janvier nommé « Yung D / C ».

Qui est-il ?

On sait peu de choses sur ce jeune artiste d’une vingtaine d’années, néanmoins il est d’origine marocaine et membre du Shinobi Squad aux côtés de Bliss & Althis, il s’est fait remarquer grâce à son titre Favaro en juin avant de participer à une session freestyle qui va booster sa côte de popularité. Comme écrit plus haut, il a sorti 2 titres le 23 janvier « Passe à l’appart » et « Dans Le Mal » qui vont faire grimper l’attente autour d’un vrai projet. Le 25 mars, l’annonce arrive : « 20’s » va sortir avec comme premier extrait « Disaster » sorti le 28 mars. « Green » sera le second single et sortira deux semaines avant le projet. La cover elle, n’est pas sans rappeler le personnage de Urie dans le manga « Tokyo Ghoul:re » comme l’ont souligné certains auditeurs, étant un grand fan d’animés il dévoilera probablement un jour les références utilisées ici…

Le projet

Déjà intéressons nous au nom du projet, « 20’s » qui selon certaines sources a un lien avec le nom de l’album de XXXTentacion « 17 », aucune information n’ayant été apportée par l’artiste nous ne nous intéresserons pas plus que ça à cette rumeur mais plus au lien possible avec un artiste de la trempe de triple X (ndr :Après lui avoir posé la question, il nous confirme qu’il s’agit juste d’un rapport avec son âge). En effet comme l’artiste de Floride, on sent que Zamdane a été grandement influencé par le rap bien que sa musique ne rentre pas forcément totalement dans cette catégorie, de plus au niveau des instru’ on retrouve parfois des prods saturés à la XXXTentacion ce qui est particulièrement visible sur le titre « Mektoub ».

« Quand j’écris j’ai pas le sourire, quand j’écris je suis mal, j’écris tant que j’n’ai pas tout dit, j’veux pas finir dans l’oubli » sont les premières phases de ce projet de 10 titres, et non je ne ferai pas un nouveau lien avec la mélancolie de XXX on arrête ici les comparaisons. Ne vous arrêtez pas aux 4 premières mesures qui ne résument pas du tout ce dense projet. Non ce n’est pas une tape de dépressif, ce sont des sons d’un mec qui va te rapper ce qu’il ressent selon son mood du jour. D’ailleurs après les premières phases citées plus haut, l’instru va partir d’un coup dans les sonorités bien plus joviales alors que l’on s’attendait à une instru beaucoup plus sombre.

Ce qui est frappant tout au long du projet c’est cette cassure avec les codes de notre société, Zamdane pourrait être le porte drapeau de cette jeunesse décomplexée qui refuse qu’on l’emmerde avec les codes et qui de toute façon ne compte pas se lever pour taffer pour un patron « j’écris ma légende à 13 ans je me suis juré allégeance » nous dit-il dans « Synchtene », « j’vivrai dans la villa ou bien un T3 lugubre », ça passe ou ça casse. Un rap rempli d’insolence « tu pues autant des fesses que ton beatmaker » ou « j’ai poussière d’étoile dans l’ADN, ta mère la pute dans mes DM » : « Green ».

Mais ce n’est pas non plus que de la rébellion ou des petites piques, on peut également y retrouver certaines phases qui vont nous pousser à la réflexion « la vie c’est pas le plus dur, en vrai le plus dur c’est c’qu’on cumule ». On retrouve aussi beaucoup de références à l’argent au fil du projet, quasiment chaque morceau contient une petite dédicace aux billets.

Petite particularité, il commence la plupart de ses sons par le refrain ce qui peut surprendre à la première écoute et à la manière des gros bangers américains il a cette capacité à nous faire des refrains simples et efficaces. L’exemple le plus criant est le refrain de « Rolling Up », 5 minutes après avoir écouté le son je l’avais encore dans la tête.

« Quand J’fume » et « Synchetene » sont deux sons à écouter à la suite : le premier morceau parle des effets de la fume selon lui alors que le suivant parle d’arrêter la cigarette et le cannabis. On peut le prendre comme le fait qu’il fasse passer l’envie de fumer avant l’envie d’arrêter.

Mon coup de coeur sur ce projet est « Nil » car c’est une véritable prouesse artistique, l’ensemble du projet est chanté mais là il va pousser dans les aigus d’une façon admirable tout en gardant un petit coté rap-chant, ce morceau est une vraie prise de risque qui fonctionne très bien.

En bref

Je ne connaissais pas du tout cet artiste et je l’ai écouté par hasard au milieu de toutes ces grosse sorties de ce vendredi (Niro, Post Malone, NBA Youngboy, Dinos, la réédition d’Opéra Puccino etc.) et il tient la dragée haute à tous ces gros noms.

Comme je vous le décris on pourrait croire qu’il a tout d’une future rockstar mais loin de lui cette idée d’ailleurs comme il nous le dit dans « Fallait » « j’préfère les bandits, pas les stars ». Paradoxalement, le titre le plus rappé du projet est celui qui conclut et qui est un hommage à sa maman « Oh Mama ». Comme quoi jusqu’au bout Zamdane aura été plein de surprises. Le projet ne contient que 3 invités : un membre de son groupe Bliss sur « Mektoub » et Ave & Wavy sur « Rolling Up ». Disponible sur toutes les plateformes digitales, découvrez le sur Spotify si ce n’est pas déjà fait !

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.