La Chronique du L #2 Evidence – Weather Or Not (Chronique)

Bienvenue dans ce deuxième épisode de la Chronique du L. Aujourd’hui on va s’intéresser à un mec qui rappe depuis plus de 25 ans, originaire de Los Angeles, âgé de 41 ans et qui vient de sortir son troisième album solo « Weather or Not » : Evidence.

Tout d’abord qui est ce MC qui est également producteur et photographe ? Michael Taylor Perretta de son vrai nom a grandi dans les quartiers riches de Los Angeles loin des ghettos de ses compères du milieu. Il a débuté par le graff avant de fonder le groupe Dilated Peoples aux côtés de Rakaa & Dj Babu, en étant inspiré par un de ses amis d’enfance, un certain The Alchemist…..

Après son expérience en groupe, il va obtenir un Grammy Award pour sa co-production sur l’album de Kanye West « The College Dropout » et se lancer en solo avec la volonté de sortir trois albums formant une trilogie : « The Weatherman LP » en 2007, « Cats & Dogs » en 2011 et donc « Weather or Not » en 2018. Le tout coupé d’un album avec The Alchemist sous le nom de Step Brothers intitulé « Lord Steppington » en 2014.

Pour cet album de 16 pistes durant 55 minutes, Evidence s’est entouré des meilleurs producteurs : évidement son ami de toujours The Alchemist qui est présent sur 4 tracks, mais aussi Dj Premier, Nottz, Dj Babu (des Dilated Peoples), Twiz the beat Pro, Samiyam et Budgie. Du côté des featurings il a choisi de rester classique et de faire appel aux siens, ceux qui  rappent avec lui depuis des années, deux exceptions faites avec Rapsody & Khrysis. Ainsi on retrouve Slug par 2 fois, Catero, Jon Wayne sur l’excellent morceau « To Make A Long Story Longer » qui est selon moi le meilleur son du projet, Defari, Krondon, Rakaa, Mach-Hommy, Rapsody, Khrysis & Styles P.

Connu pour être une figure de proue du rap underground américain grâce à sa grande technique, le MC n’a pas dérogé à cette règle pour cet opus qui est dans la continuité des deux précédents : lyricalement irréprochable et avec des productions encore meilleur que sur le deuxième volet de la trilogie, le tout agrémenté d’un rap sans fioriture transpirant la sincérité. Connu également pour être un rappeur prônant la paix, Evidence n’en demeure pas moins un mec capable de sortir des punchlines acerbes contre ceux qui s’en prendraient à ses amis. Ainsi lorsque Eminem a clashé son ami Everlast sur le morceau « Quitter » de D-12, le MC de Californie lui a répondu avec le titre « Search For Bobby Fisher » qui est considéré comme le meilleur clash contre Marshall Mathers et nous pouvons dire qu’il est sûrement le seul rappeur à avoir clashé le rappeur de Detroit et à avoir pu continuer sa carrière ce qui est tout bonnement incroyable.

En conclusion je dirais que ce rappeur est un talent qui n’a pas réussi (ou cherché) à s’exporter en dehors de ses frontières. Bien qu’il ait réussi à toucher le Canada, l’Australie ou encore la Pologne, plus surprenant, il n’a jamais atteint ni les pays francophones ni le Royaume-Uni pourtant grand consommateur de rap. Si vous aimez le rap vous ne pourrez qu’aimer ce projet et bouger la tête pendant un peu moins d’une heure!
L’artiste a confirmé que la trilogie « Wearthman » était terminée et qu’il allait repartir sur une nouvelle trilogie dans un style qui sera différent de la dernière. Il a certes mis onze ans à faire la première trilogie mais elle a été entrecoupée de pas mal de petits EPs et de mixtapes, un artiste donc assez productif au final !

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.