Qu’est-ce que vous faites ce jeudi 05 mars à 00h pile ? Nous, on retrouvera avec grand plaisir l’un de nos « méchants » préférés du rap français ! Très tôt, le jeune Sneazzy a su se démarquer de ses copains d’1995 de par une certaine arrogance dans l’attitude de son personnage ainsi que par un style, notamment vestimentaire, bien moins sobre que Darryl Zeuja et consort. Très vite alors, Sneazzy est devenu celui qu’on aime détester au point de constamment lui apposer l’étiquette du « méchant » rappeur, misogyne en plus d’être imbuvable. Pourtant, écouter quelques couplets du jeune homme suffirait à l’humaniser et à voir plus loin que les manteaux ultra-flashy qu’il porte régulièrement devant la caméra. On pense à certains sortis avec 1995 (« Taille de Guêpe » ou « Pleure Salope ») ou à d’autres, présents sur son premier album, SUPER (« Dieu Merci » ou « La coupe »). C’est cet alliage d’egotrip bien trempé et de moments de fragilité pleinement assumé qui complexifie Sneazzy au point de le rendre attachant. Bien que la trilogie de mixtape Dieu Bénisse Supersound laissaient peu de place à l’introspection, celle-ci a permis à Sneazzy de se bâtir un nouveau style après l’échec de son premier album. La trilogie est quant à elle une réussite totale, au point qu’il a été difficile d’en faire un top 5 de ses meilleurs morceaux… Mais on y est quand même arrivé, en attendant Nouvo Mode.

5. Le faire avec Infinit’ (Prod. Hugz Hefner) (Dieu Bénisse Supersound Vol. 3, 2017)
Même si de loin, la trilogie DBSS ressemble à une zone de confort faite sur-mesure pour Sneazzy, il est tout de même intéressant de noter les recherches sonores effectuées par le rappeur et ses producteurs. Sur un morceau tel que « Le Faire », l’ambiance est plus douce que d’accoutumée et l’aspect mélodique trône sur le ton sec et robotique qui sied si bien à SNZ (et qu’on retrouvera plus tard dans ce top). La réussite est totale, du piano de Hugz Hefner jusqu’à cette ref’ improbable de Infinit’ à Aziz de Loft Story 1. Ça ne nous rajeunit pas, tout ça.

 

4. Okkk avec S. Pri Noir (Prod. Hugz Hefner) (Dieu Bénisse Supersound Vol. 1, 2016)
Dans la catégorie « bromance entre rappeurs français », celle-ci n’est pas loin du podium. S. Pri Noir et Sneazzy s’adorent au point que le rappeur du 20ème arrondissement est le seul MC à figurer sur les trois volumes de Dieu Bénisse Supersound. Les connexions entre ces deux-là sont toujours spéciales, une de celles-ci est même mentionnée sur l’un de nos articles spécial Saint-Valentin… Mais il ne s’agit pas de « Okkk » qui n’a rien de romantique, au contraire, et qui mise tout, à raison, sur le hochement de tête frénétique de l’auditeur. Stratégie payante.

 

3. N17 (Prod. Hugz Hefner) (Dieu Bénisse Supersound Vol. 2, 2017)
« Feu, c’est Eminem, mais les mecs qui l’entourent c’est pas D12« . Sneazzy pèse, certes, 100 kilos de moins que Bizarre, mais surtout Sneazzy rappe vraiment mieux que Bizarre. Cela se remarque particulièrement sur ces morceaux fleuves, sans refrain et sans artifice. Les notes de piano cognent à l’image d’un rappeur habité par l’envie de prouver sa valeur sans le géant habituellement là pour lui faire de l’ombre.

2. Périmètre avec Veerus (Prod. Narcos & Heizenberg) (Dieu Bénisse Supersound Vol. 2, 2017)
Quand le morceau démarre, on se dit que Veerus est beaucoup trop fort et que, si le rap était de la boxe, comme le supposait Ärsenik, Sneazzy finirait instantanément couché. Pourtant le deuxième couplet commence et Sneazzy rend coup sur coup, dans un style différent certes, mais dans une intensité similaire. Aujourd’hui encore, je ne sais pas quel couplet je préfère… Quelles frappes !

 

1. 3afia (Prod. Hugz Hefner) (Dieu Bénisse Supersound Vol. 2, 2017)
Si, un jour, ce J-1 faisait office d’autorité sur la trilogie DBSS, on pourrait au moins retenir deux choses : DBSS 2 est assez largement le meilleur projet de la série et Sneazzy n’est jamais aussi à l’aise que sur un beat de Hugz Hefner. « 3afia » est l’outro du deuxième EP ; il est « laid back » en apparence mais incisif en tout point, technique et polymorphe, stylé et sale en même temps. Rien que ça. Vivement Nouvo Mode qu’on vous dit !

 

 

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.