Qu’est-ce que vous faites à 00h pile ce jeudi 31 octobre ? Nous, puisqu’on en a pas grand chose à faire d’Halloween, on célébrera Noël en avance avec la seule, l’unique Mariah Carey. L’édition de la version Deluxe du plus grand album de Noël de tous les temps (no disrespect to Josh Groban) n’est sans doute qu’une sombre manœuvre visant à faire grossir les ventes digitales de l’une des artistes les plus populaires du monde, mais n’ayant rien sorti de viral durant l’ère du streaming. Et pourtant… Il fut un temps où Mariah Carey brillait comme Jul et où toutes les musiques bénies par sa voix de sifflet recevaient des certifications d’or ou de platine. Il fut un temps où très peu de monde pouvait prétendre vendre autant de disques qu’elle et surtout, où personne ne pouvait prétendre avoir une voix similaire à la sienne… Une époque où tout le monde rêvait de collaborer avec elle car elle personnifiait la réussite à merveille. Mariah Carey a été l’une des premières chanteuses populaires à tomber amoureuse du rap et a donc été l’une des premières à collaborer avec des truands porteurs de Timbs et de casquettes sur le côté. Retour sur ses cinq meilleures collaborations avec des rappeurs.

5. #Beautiful (Remix) avec A$AP Rocky et Miguel (2013)
Mariah Carey et Miguel n’ont absolument rien à prouver quand il en vient à l’écriture d’histoires d’amour. En 2013, c’était plutôt au jeune et fougueux A$AP Rocky de montrer qu’il pouvait raconter autre chose que ses soirées bien accompagné à boire du liquide violet ou ses journées à acheter plein de vêtements très moches qui tombent impeccablement sur lui comme par miracle. Son couplet reste néanmoins plein de la fougue qui nous a fait aimer le A$AP Mob, plein de swagg pourpre, et finalement, rien qu’un petit peu d’amour. Mais vu le personnage, c’est déjà ça de pris.

4. Honey (Bad Boy Remix) avec The LOX et Ma$e (1997)
Si la chanson ne se classe que quatrième de ce classement, le clip du Bad Boy Remix de « Honey » est à des années lumières devant la concurrence. Les Shiny suits de P. Diddy, de Ma$e et des LOX, Mariah Carey qui saute du toit pour atterrir dans la piscine comme pour symboliser sa renaissance via le R&B plutôt que la pop un peu fade de ses débuts, les jet-skis, les hélicoptères, les pas de danse de Puffy… Le meilleur de Hollywood s’invitait sur MTV, obligeant ainsi la concurrence à suivre leur décadence. Sans jamais parvenir à les imiter, évidemment.

3. Breakdown avec Bone Thugs-N-Harmony (Butterfly, 1997)
Si « Breakdown » n’a pas été le plus grand succès de Mariah Carey, il n’en demeure pas moins une chanson très appréciée par les fans de la chanteuse. Cette dernière décrit avec finesse la détérioration d’une histoire d’amour et est accompagnée par les chœurs si doux de Bone Thugs-N-Harmony. Entre ambiances smooths et fast flows maîtrisés, les protégés de Eazy-E savaient absolument tout faire et font absolument tout sur ce beau morceau. L’influence première de Damso était la bande à Krayzie Bone et cela s’entend vraiment ci-dessous.

 

2. Dedicated avec Nas (Me. I Am Mariah… The Elusive Chanteuse, 2014)
S’il y en a encore pour croire que Mariah Carey a collaboré avec des rappeurs par opportunisme plus que par amour de la musique, c’est qu’ils n’ont tout simplement pas écouté ce morceau. Pleine de nostalgie, Mariah Carey se remémore les 80’s et l’arrivée des grands disques qui ont façonné le double H. Si cela ne suffisait pas, la New-Yorkaise va jusqu’à sampler la voix de Inspectah Deck sur le morceau « Da Mystery of Chessboxin' » datant de 1993 ! Cela ne suffit toujours pas ? Ok, Mariah invite son poto Nas, peut-être l’un des rappeurs les plus iconiques des 90’s, afin que ce dernier chante avec elle son amour pour le rap et sa culture. Complètement piquée.

 

1. Fantasy (Bad Boy Remix) avec Ol’ Dirty Bastard (1995)
Le remix de « Fantasy » est un morceau incroyable vêtu d’un clip incroyable. Mais le plus incroyable dans tout ça, c’est l’histoire de la conception de ce morceau. Fan du Wu-Tang Clan depuis Return of the 36 Chambers en 1993, Mariah demande s’il est possible d’avoir l’excentrique Ol’ Dirty Bastard pour le remix de son titre. C’est là que le cauchemar de son producteur et ami Cory Rooney commence… Racontée en français ici, cette merveilleuse anecdote nous rappelle qu’ODB était un fou furieux et que cette folie furieuse nous manque. Puisse-t-il reposer en paix.

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.