Qu’est-ce que vous faites ce jeudi 6 février à 00h pile ? Nous, on enfilera notre plus beau durag avant de sortir notre breuvage le plus frais du frigo américain afin de savourer dans les meilleures conditions le troisième volet des épisodes du rappeur le plus cool de Belgique. Passé par l’alias Psmaker avant de renaître en 2016 sous son blase originel, Isha est vite devenu l’une des attractions préférées des amateurs de la bonne rime, de la technique savante et des ambiances new-yorkaises. A l’instar d’un Dosseh, l’ancien mitrailleur des années 2000 a su alléger son phrasé, le faire respirer et le rendre cool sur des instrumentaux actuels, qu’ils soient inspirés des tendances des USA ou, plus récemment, ceux venus d’Afrique. Sur les deux premiers volets de La vie augmente, Isha ne s’est pas contenté de balancer du style sur des bangers percutants ; le MC bruxellois n’a pas hésité à se raconter de manière intimiste, voire carrément impudique, évoquant notamment le décès de son père ou le trou de la serrure de la chambre de ses grandes sœurs… Ce rappeur aux propos particulièrement substantiels saura, à coup sûr, capter notre attention avec La vie augmente vol. 3, mais en attendant la sortie de ce dernier, focalisons-nous sur ses deux premiers projets et les cinq titres les plus mémorables de ces derniers.

5. Colette (Prod. Veence Hanao) (La vie augmente vol. 1, 2017)
« Colette » nous fait traîner dans le Bruxelles sale de Isha, celui qui est rempli de sombres histoires, animées par les plus bas instincts de l’être humain. Bien que les eaux soient troubles, le narrateur vogue comme un poisson dans l’eau et nous offre un diaporama saisissant de la vie de rue telle qu’il la connaît. Géniale introduction à la partie la plus sombre du rap de Isha. 

4. Frigo Américain (Prod. Jeanjass) (La vie augmente vol. 1, 2017)
La description de Isha dans ce couplet majestueux marche de la même manière que lorsque notre index vient rejoindre notre pouce sur l’écran tactile de notre smartphone : un « dézoom » progressif, relativement lent, dévoilant complètement l’image sur laquelle on s’attarde. Ici, il s’agit du symbole ultime de la réussite selon Isha, soit un putain de frigo américain. Pas une Ferrari Testarossa, pas une Rolex Daytona, non. Juste un putain de frigo américain. Le Isha FC ainsi que toute l’équipe NZS passe un salute sincère à la mère de Martin.

3. Tosma avec Caballero & Jeanjass (Prod. Eazy Dew) (La vie augmente vol. 2, 2018)
Difficile à dire si « Tosma » est le banger le plus réussi de la saga La vie augmente… Néanmoins, ce dernier est certainement le plus addictif, la faute à une prod de niveau supérieur réalisé par Eazy Dew (qu’on aime décidément beaucoup). De plus, ce morceau est la première collaboration de Isha avec le duo Caba & JJ, bien qu’il avait déjà enregistré des morceaux avec l’un et l’autre auparavant. L’histoire d’amitié liant ces trois là est réelle, et est certainement à l’origine de la « bonne vibe » de ce morceau.

2. Mp2m (Prod. BBL) (La vie augmente vol. 2, 2018)
Le « mélange de joie et de tristesse » est bien réel dès lors que les premières notes de cette production très mélancolique jaillissent. Cela force Isha à se montrer introspectif sans pour autant être volubile. Les mots et les placements semblent plus raconter des émotions que des histoires. Ce morceau est l’un des premiers essais de morceaux « ouvert » d’Isha et cette fusion entre simili-zumba et vrai peura fonctionne complètement.

 

1. L’augmentation Pt. 2 (Prod. Eazy Dew) (La vie augmente vol. 2, 2018)
Si vous n’aviez pas encore compris, on a plutôt préféré le deuxième volume à son prédécesseur. Rien de plus normal, puisque la vie augmente ! Si, à travers ces deux beaux projets, Isha a su prouver qu’il était un artiste complet, capable de toutes sortes de choses, c’est tout de même quand il raconte la rue dans ce qu’elle a de pire qu’il est le plus fascinant. Clairement, c’est sur ce morceau qu’Isha parvient le mieux à retranscrire la cruauté et l’hostilité des quartiers qu’il fréquente, ainsi que l’instabilité émotionnelle des habitants qui composent lesdits quartiers. Vivement minuit, qu’on vous dit !

 

 

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.