« Get Rich Or Die Tryin' » de 50 Cent fête ses 15 ans (Chronique)

Parfois moqué aujourd’hui suite à sa soi-disant faillite, son habitude de s’attaquer à un peu n’importe qui ou dernièrement son envie de déshériter un de ses fils sans réelle raison apparente mais aussi admiré pour son génie dans les affaires en remportant notamment 7 millions de dollars grâce aux bitcoins, 50 Cent était il y a 15 ans au sommet du rap US avec son album « Get Rich Or Die Tryin' » boosté par le single « In Da Club ». Nous allons revenir aujourd’hui sur ce premier album officiel du rappeur new-yorkais sorti le 6 février 2003, en 2000 il avait sorti « Power Of The Dollar » mais qui n’est pas compté comme un projet officiel.

Intro : Je ne pense pas avoir besoin de vous rappeler qui est 50 Cent, véritable légende du rap, connu de tous les amateurs du milieu aussi bien pour sa qualité musicale que pour son histoire personnelle. Alors qu’il avait arrêté de trafiquer de la came, un ancien rival est quand même venu régler ses comptes et mettre 9 balles dans le corps de Curtis Jackson. On dit que son timbre de voix vient d’une balle reçu pendant la fusillade. Mais pour en savoir plus sur cette sombre histoire, nous vous conseillons son film semi-autobiographique qui s’appelle également « Get Rich Or Die Tryin' ».

Naissance du projet : Il est découvert par Eminem puis présenté à Dr. Dre par ce dernier. Le morceau « Wanksta » qui sera sur la B.O. du film de Marshall Mathers « 8 Miles » est vu comme le point de départ de l’album. En effet, c’est ce son qui va définitivement convaincre Dre & Shady du potentiel de l’artiste et si ce ceau-mor ne sera présent dans le CD qu’à titre bonus, c’est bel et bien lui qui est à l’origine de cet incroyable album.

Le projet :

  • Déjà pour faire un grand album, le premier ingrédient, les producteurs : et 50 ne va pas faire les choses à moitié avec en pagaille Eminem & Dr. Dre évidemment mais aussi Sean Blaze, Darrell Branch, Dj Rad, Mike Elizondo, Denaun Porter, Rockwilder ou encore Sha Money XL.
  • Ensuite, ajoutez les samples de légendes de la musique hip-hop ou non, « Long Live The Kane » de Big Daddy Kane, « Gin & Juice » de Snoop Dogg, « Out Of Picture » de Tavares, « Peter Piper » de Run-DMC, « It’s Only Love Doing It’s Thing » du légendaire Barry White.
  • Une fois cette base musicale posée, ramenez des featurings et, bien sûr, des bons : Eminem sur « Patiently Waiting », Young Buck sur « Blood Hound », Tony Yayo sur « Like My Style », Nate Dogg sur « 21 Questions » et enfin de nouveau Eminem et Lloyd Banks sur « Don’t Push Me ».
  • Maintenant, faites poser un 50 Cent avec une rage incommensurable. Laissez reposer un petit moment, puis attaquez la promo du projet, pas moins de 9 des 16 morceaux ont été clippés après la sortie. Le 7 janvier 2003 le single « In Da Club » est balancé, nous reviendrons sur ce classique juste après.
  • Pour ce qui est des thèmes, ils sont très variés et nous montrent que penser qu’il parle uniquement de cash et d’armes dans ses textes est erroné : du sexe et des boîtes de nuit sur « In Da Club », les joints sur « High All The Time », le titre « Many Men » revenant sur son agression par armes à feu et parlant de la mort en général jusqu’à « 21 Questions » où il est ici question de savoir si sa femme l’aimerait encore dans tel ou tel cas de figure.

In Da Club : Considéré par certains comme la plus grande chanson de rap, nous n’irons pas jusque là mais ce titre est à ce jour le morceau de rap ayant été le plus écouté à la radio en une semaine. Avec ce titre, il a raflé le titre aux MTV Video Music Awards pour la meilleure vidéo rap et le meilleur nouvel artiste ainsi que celui du Billboard Music Award de la sonnerie de l’année. Même des journaux comme The Guardian vont se faire l’écho de cette musique pour dire combien ils la trouvent excellente. Le magasine Rolling Stones va même en 2010 jusqu’à classer « In Da Club » parmi les 500 plus grandes chansons de tous les temps. Mais qu’est-ce qui a permis à ce son un succès pareil ? Peut-être le fait que dans cet album très sombre, cette musique est le contre-pied parfait un moment de bonheur car «chaque jour c’est l’anniversaire d’une personne» dixit 50 Cent, peut-être parce-que ce clip met encore plus en lumière les lyrics ? Ou peut-être que ça ne s’explique pas….

Ce morceau n’a pas été travaillé pour avoir tout ce succès en tout cas, Curtis a même posé sans que l’instru ne soit terminée, il n’y avait que les drums de présents. De plus il n’était pas pour lui à la base, mais pour le groupe de Detroit D-12 qui a refusé car il ne se voyait pas poser dessus. Et c’est ainsi qu’elle est revenue au rappeur de New-York. Le refrain était fait par un membre de son groupe le G-Unit en la personne de Lloyd Banks avant que 50 Cent ne décide de poser lui-même. Et le plus étonnant, c’est de savoir comment « In Da Club » a été choisi pour être le premier extrait. Le débat était entre ce track et « If I Can’t », les protagonistes de ce projet étaient très fatigués et n’arrivaient pas à se décider. Voulant absolument clore ce dossier le soir même, ils ont donc décidé tout simplement de tirer à pile ou face avec le résultat que l’on connaît.

Conclusion : Avancé de 2 semaines par rapport à la sortie officielle, « Get Rich Or Die Tryin' » va faire une première semaine de folie avec pas moins de 860 000 copies écoulées aux Etats-Unis à une époque où bien sûr il n’y avait que du physique. A ce jour, on estime que presque 14 millions d’exemplaires de ce CD ont été vendus dont 1 million en Europe et près de 8,5 millions aux USA. Grâce à cette pépite, le rap va toucher des pays qu’il n’avait encore jamais touché comme la Nouvelle-Zélande ou l’Australie et peut-être faire rentrer le hip-hop dans une nouvelle ère, une ère internationale.

L’album suivant intitulé « The Massacre » sortira 2 ans plus tard et sera également un carton avec près de 11 millions de ventes. Les deux suivants « Curtis » sorti en 2007 et « Before I Self Destruct » sorti en 2009 vendront beaucoup moins mais sortiront en pleine crise du disque et atteindront quand même le million. Son dernier album en date est daté de 2014 et s’intitule « Animal Ambition » qui a reçu des avis très mitigés aussi bien par les fans que par les médias.

Prévu depuis 2011, annoncé pour le 13 novembre 2012, puis pour le 26 février 2013, avant d’opter pour le 18 août 2016 puis d’affirmer en juillet 2017 qu’il sortirait en fin d’année 2017, pour qu’au final rien ne sorte. Le sixième album studio de 50 Cent « Street King Immortal » se fait attendre et nombreux sont ceux à ne plus croire à sa sortie malgré les diverses interviews où il affirme qu’il y travaille d’arrache pied et demande à ses fans de surtout ne pas le comparer à son premier album solo.

Il faut dire que Fifty n’est plus qu’un simple rappeur depuis longtemps, c’est avant tout un entrepreneur et un acteur, d’ailleurs on le retrouvera au cinéma le 21 février dans le film « Criminal Squad », ou « Den Of Thieves » de son appellation d’origine, dans lequel il jouera le rôle d’un braqueur prêt à tout pour récupérer l’argent retiré de la circulation détruits par la Réserve fédérale de Los Angeles…

En attendant (re)découvrez ce classique sur Spotify :

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *