Le classique « The Chronic » de Dr. Dre fête ses 25 ans (Chronique)

En ce jour du 15 décembre 2017, nous fêtons les 25 ans d’un des plus grands classiques du rap américain, un disque qui est reconnu comme celui qui a lancé le G-Funk et vraisemblablement la carrière de celui qui se faisait appeler à l’époque Snoop Doggy Dogg : “The Chronic“ de Dr. Dre. C’est donc l’occasion d’en faire une petite chronique sans prétention pour revenir sur cette pépite qui continue de ravir nos sens année après année.

Avant l’album :

Tout d’abord remettons nous dans le contexte de la sortie de cet album, un an auparavant Dr. Dre a quitté son groupe N.W.A. suite à des différents financiers et sa relation avec Eazy-E est loin d’être amicale. Dr. Dre va alors monter, avec Suge Knight, son propre label intitulé Death Row. “The Chronic“ sera la première sortie de ce futur label légendaire. Pour exploiter l’album à son maximum, Suge et Dre vont choisir 3 Singles : “Nuthin’ But A G Thang“ feat Snoop Dogg, le légendaire “Fuck Wit’ Dre Day (And Everybody Celebratin’) “ feat Snoop Dogg, RBX & Jewell et “Let Me Ride“ feat Snoop Dogg, Ruben & Jewell.

Origine, Thèmes, Invités et Samples : :

Pour ce qui est de l’album, c’est un hommage au cannabis rien que par le nom : en effet la chronic est une variété de cannabis typique de la Californie et évidement comme tous projets avec la présence de Snoop Dogg cette douce plante est au centre des lyrics. De plus la cover est un clin d’œil à la marque de feuille à rouler zig-zag. Mais les thèmes abordés dans cet album sont bien plus vastes et résumer ce classique à une ode à la fumette serait criminel. Malgré le départ de son groupe d’origine, Dre va continuer d’aborder les sujets qui ont fait sa grandeur le temps de leurs deux albums communs, une description de la vie des gangs de Los Angeles : du trafic, aux meurtres, aux violences policières, aux rapports aux femmes mais que du côté sexuel pas le temps d’aimer pour les gangsters.

Des samples des années 70 avec en pagaille George Clinton, Clarence Reid, Aretha Franklin, et bien d’autres, et comme toujours avec Andre Romelle Young, les prods sont soignées et frôlent la perfection. Le choix des invités est une liste de jeunes rookies qui écriront les lettres de noblesse du hip-hop dans les années suivantes : Snoop Dogg qui est présent sur 11 des 16 titres et qui s’apprête à sortir l’année suivante le légendaire “Doggystyle“, The D.O.C., Warren G qui sortira le classique “Regulate…….. G Funk Era“ en 1994, Nate Dogg et RBX les cousins de Snoop, Daz Dillinger et Kurupt membres du duo Tha Dogg Pound, The Lady Of Rage….

Un véritable succès :

A sa sortie le disque est acclamé aussi bien par la critique que par le public, certifié triple disque de platine après moins d’un an d’exploitation. Cet opus va marquer toute une génération de rappeurs et lancer les bases du G-Funk, le légendaire single “Fuck Wit’ Dre Day (And Everybody’s Celebratin’)“ où Dr. Dre clash Eazy-E va accentuer les tensions qui se stopperont des années plus tard quelques heures seulement avant la mort d’Eazy-E sur son lit d’hôpital. Dans ce son on peut également entendre Snoopy s’en prendre assez violemment à Tim Dog un rappeur new-yorkais qui avait insulté les rappeurs de Los Angeles.

The Chronic 2 ?

Il est à noter que Dr. Dre s’est penché sur le second volet de « The Chronic ». Il avait même prévu de le sortir en 1995 mais Suge Knight lui a demandé de tout arrêter pour que toute l’équipe travaille autour du nouvel artiste du label : un certain Tupac Shakur. Il ira même jusqu’à offrir 2 titres à 2Pac « Cant’ See Me » et « California Love » qui était à la base un solo de Dre composé de 3 couplets.

Conclusion :

Pour conclure, en tant que fans de rap ce CD est vraiment à écouter sans aucun prétexte possible. C’est un des tous premiers classiques de l’histoire de notre discipline et ce projet a donné envie à des dizaines de rappeurs, qu’on a tous écouté et qu’on écoute encore, de prendre le micro. Le temps passe vite mais les classiques restent des classiques même 25 ans plus tard…

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.