Damso a écrit environ 300 sons pour l’album « Lithopédion » : « Festival de rêves » est le plus difficile de sa carrière !

Toujours plus inspirant et passionnant en interview :

L’album « Lithopédion » de Damso vient tout juste de sortir, les avis sont de plus en plus mitigés, les records commencent à tomber notamment pour le son « Smog » qui devient le son le plus streamé sur Deezer et Spotify en 24h, les théories sont toujours plus nombreuses et surtout les révélations lors d’interviews commencent à tomber.

Plus tôt sur Skyrock dans la soirée du 15 juin se tenait une soirée Planète Rap exceptionnelle où le rappeur belge s’est retrouvé en face à face avec Fred pour répondre à quelques questions. Une autre entrevue intéressante donnée par Rachid Majdoub, pour Konbini cette fois, est également sortie et répond à d’autres questions afin de compléter le tout !

Plutôt que de vous faire 50 articles sur Damso tout au long de la semaine, on vous a réuni les 2 que l’on vous invite à visionner entièrement en plus de l’article car de toute façon, même 1h à écouter l’artiste ça paraît court tellement on ressent que pour lui c’est tout simplement naturel la maîtrise de la langue française, de même que le rap ou ses pensées « philosophiques » et à chaque fois on en apprend toujours un peu plus que ce soit sur lui ou sur ce troisième album ! Puis surtout on constate le temps qu’il passe pour donner le meilleur de lui-même sur ses projets afin de se faire plaisir et de faire plaisir au public…

Dans l’interview pour Fred, il reviendra sur plein de sujets tels que l’album de hip-hop le plus marquant pour lui, sa vision de la France avant d’y avoir mis les pieds, l’explication du titre de ce nouvel opus car il se considère mort dans un corps vivant tel un Lithopédion etc. Mais une réponse parmi les autres se démarque particulièrement, quand l’animateur lui parle du morceau « Festival de rêves », Damso répond que pour lui c’est sûrement le plus difficile de toute sa carrière car il se lit dans les deux sens…

Il donne alors l’explication :

En fait il se lit dans les deux sens
Quand on écoute le morceau y’a donc euhhh…
J’crois qu’c’est « La mort, la mort, une vie, un gun, un corps
Menottes ou chaîne en or
Boréale est l’aurore »
En fait si tu lis à l’inverse c’est « Boréale est l’aurore
Une chaîne en or ou des menottes
Un corps, une vie, un gun, la mort, la mort »
Et donc pendant tout le texte quand tu vas comme ça, la suite du texte en fait si tu le relis à l’inverse ça donne la fin du morceau
C’est ça qui a été très difficile à écrire en fait…
Y’a pas mal de subtilités dans l’album, j’pense c’est pas en une écoute qu’on va comprendre

Ce qui laissera Fred sans voix comme sûrement pas mal de personnes en voyant ça… Pour Konbini, déjà Rachid touche un point dès le début en parlant du lien entre ses albums, le rappeur n’était pas prêt à ça et rétorque par un « Tu révèles pas mal de choses là, c’est bien ça. Je n’avais pas prévu ça. Ouais, c’est exactement ça, tout est un peu prévu depuis le début. Mais je laisse toujours des portes ouvertes à pas mal de choses… », ensuite il parlera de sa période passée en tant que Sans Domicile Fixe entre autres sujets et on finira par apprendre qu’il a écrit environ 300 sons si ce n’est plus pour cet opus :

Je suis facilement à 200, je suis peut-être même à 300, je pense même un peu plus, plus.
Sur celui-là, j’ai vraiment vraiment écrit des tonnes et des tonnes et des tonnes

 

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.