unnamed
 
Je suggère à tous les jeunes rappeurs qui ont la réelle ambition de faire quelque chose dans le domaine, de suivre Criks, sur Twitter.
Il est pour moi l’exemple qui illustre parfaitement le fait qu’un rappeur, pour arriver à ses fins et se démarquer des autres, doit travailler d’arrache-pied sans relâche
Pourquoi une telle accroche ?
Comme évoqué maintes et maintes fois sur quelques unes de mes précédentes chroniques, l’image dans la musique a pris une place importante; et j’entends « image » au sens large du terme : notoriété, espace médiatique..
Le lien avec le paragraphe précédent, ce pourquoi j’invite les jeunes rappeurs à suivre le emcee d’Epinay, c’est pour qu’ils s’imprègnent, ou tout juste, se rendre compte du travail que c’est de savoir gérer sa notoriété, sa promotion sur les réseaux, sans se prendre pour quelqu’un d’autre. Très accessible et humble, et très professionnel/business à la fois
Plus d’un an maintenant que Criks tient en haleine sa #CriksFamily pour sa fameuse mixtape et la tempête qu’elle est censée déferler « dans vos p’tites têtes ». En attendant, il surfe sur la notoriété de ses 5 morceaux phares, à commencer par son freestyle d’anthologie
LE TOUR DE LA TESS EN GP800
qui met en exergue toute sa technique et l’art qui le fascine tant : la punchline. Pluie de punchlines écrites avec réflexion, elles sont tellement nombreuses que j’vous lance au défit de ne pas pouvoir toutes les énumérer en une seule écoute (défit!)
PUTE ET POTE, une opposition de termes sujette à de nombreux pseudo-proverbes sur l’amitié, de quoi avoir un impact considérable dans les oreilles. Accessoirement, le 1er extrait de sa mixtape
FREESTYLE 2 : le débloqueur de situation là où clairement, les efforts se sont concentrés sur la la prod, et la qualité du clip dont on parle que très peu.
LCALT 2eme extrait qui sert de rampe de lancement portant le même titre que sa mixtape.
9.3. CRIMINEL 3è extrait de sa mixtape où il vante les mérites de son fief comme étant une zone à risque
Aujourd’hui, 1er février, avait lieu son concert à Épinay, sa ville d’origine qui a su mettre les moyens humains et économiques pour assurer le bon déroulement de cet événement. Criks assurait la 1ère partie d’un emcee qu’il affectionne (je le sais de source sûre) Rohff.
2ème fois que j’assistais à une de ses scènes, il me l’a confirmé : en plus d’aimer la scène, il est fait pour ça ! L’humilité qu’on lui décèle sur twitter ou dehors, on la retrouve sur scène : il aime ce qu’il fait, il aime son public et le respecte! y a qu’à voir son attitude, comment il se dépense, et ne manque pas une occasion pour checker les quelques têtes qu’il a reconnu à l’avant du public (LES 2 FOIS où j’ai été le voir !!!)
Les lumières s’éteignent, dans le même temps, le chauffeur de salle annonce que le clip de LCALT est diffusé en exclu sur les deux écrans géants de part et d’autre de la scène (imaginez-vous)… Les premières notes du morceau s’installent dans la salle à mesure que les images du clip apparaissent timidement sur les écrans….. on y est, le clip! On y voit Criks à l’écran, et pour ceux qui connaissent le morceau, c’est normalement le début de son couplet………..les images du clip s’arrêtent, éclairage sur la scène, Criks fait son entrée :

 

« C’est l’calme avant la tempête, prévenez Catherine Laborde, j’préfère un plan qui rapporte, qu’avoir un pote qui rapporte ! C’est l’calme avant la tempête, prévenez Catherine Laborde, j’préfère un plan qui rapporte, qu’avoir un pote qui rapporte ! »

 

Back-é par son public, c’est dans la folie et l’enjaillement que débutent les premières lignes de son couplet, et ce tout le long de sa perform sur scène
Freestyle 2 : débloqueur de situation #kebloleee / Criks s’est même offert le luxe de rapper un titre, à l’heure, inédit de sa mixtape : RAP DE DURS. Un son durant lequel il a imposé à son public un mouvement pour accompagner son couplet (fallait être là) et son public est une fois de plus réceptif… Bref, un show un peu plus court que la 1ère fois où j’ai été le voir mais c’est sans parler de l’intensité, la bonne humeur, la passion, elles, toujours au RDV. Je vous le recommande vivement : un rappeur à voir sur scène ! Puis, si je peux me permettre d’ajouter deux choses :
La première : petite déception personnelle qu’il n’ait pas joué le freestyle : le tour de la tess en GP800
La dernière : y a pas à dire, Criks est en pleine phase ascendante (son nombre de vues sur youtube, sa notoriété : désormais sur Skyrock, Générations et une très honorable 2ème place sur Booska-p pour son 9.3. CRIMINEL) c’est quelque chose d’unique de pouvoir vivre « les débuts » d’un rappeur : les premières parties qu’il fait, les différentes scènes etc. Réel soutien du public de base et porté par sa ville entière, y a une véritable ferveur. Des moments qui, selon moi, seront les piliers de sa jeune carrière qui débute et qu’il n’est vraiment pas prêt d’oublier.
En attendant une date formelle pour la sortie de sa mixtape qui sera succédée par une chronique , ne manquez pas son prochain RDV vendredi ! Les frustrés du concert à Epinay pourront attester : les images du clip promettent
unnamed (1) Capture d’écran 2014-02-26 à 00.46.53

1 Comment

  1. pirano93 Fév 26, 2014 at 2 h 43 min

    Sisi sé lour criks

    Reply

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.