Booba – Rohff et Sinik avaient du talent mais n’ont pas su traverser les époques (Actu)

Probablement l’interview qui fait le plus parler en ce début d’année 2018, l’entretien exclusif de Booba pour les Inrocks. Désormais disponible intégralement et gratuitement, sans langue de bois, B2o a donc répondu à plusieurs questions sur divers sujets, comme sa carrière professionnelle dans le rap ou dans le business en général, mais aussi au sujet de Damso, MHD, le rap actuel, les Victoires de la musique, OKLM, le feat injouable avec Rihanna, le lancement de son label Sept Corp, son influence multi-générationnelle ou encore sa traversée des époques entre autres…

Damso, je l’ai signé sur un couplet (sur le label 92i), c’était une prise de risque. Mais j’ai su direct qu’il avait un truc en plus. J’aurai pu me tromper mais je me trompe rarement. Avec mon label, je suis plus dans un rôle de directeur artistique. J’essaye de leur apporter un savoir-faire, une oreille, une vision et les moyens pour réussir. A mon époque, nous n’avions que des bâtons dans les roues. Il fallait se déguiser, montrer patte blanche pour percer. J’essaie de leur éviter ça… C’était le cas avec Kaaris. Ça lui plaira pas mais c’est la vérité, on l’a remodelé. Pour revenir à Damso, c’est un tueur. C’est MC Solaar dans le turfu. Il écrit mieux que de nombreux poètes sur lesquels tout le monde s’extasie. Et le pire, c’est qu’il progresse à une vitesse fulgurante.

Demain.. @lesinrocks

Une publication partagée par KOPP92i In üs we trust (@boobaofficial) le

Mais il reviendra également sur les clashs avec Rohff et Kaaris notamment, en profitera pour dire que selon lui, Rohff et Sinik sont dépassés alors qu’ils avaient du talent mais n’ont tout simplement pas su traverser les époques. On apprendra aussi qu’il n’y a aucune chance qu’une quelconque réconciliation se fasse un jour avec Kaaris, mais il ne néglige pas pour autant le talent et le potentiel qu’il a.

Tu penses qu’on peut réussir dans le rap sans clash ?

Je n’ai pas commencé ma carrière avec les clash. Aujourd’hui, je suis tout seul contre plein de mecs. Quand j’ai une bonne vanne je l’envoie, ça me fait taper des barres. Je pourrais les négliger mais parfois c’est plus fort que moi. Les mecs vont tellement loin dans le mensonge, c’est impossible de rien dire. Quand tu vois Rohff qui poste une photo de lui en business class alors qu’il voyage en economy, je me tape un fou rire et je partage. Les clashs, je prends ça comme un dîner de cons, c’est juste un délire.

Quand tu étais plus jeune, tu trouvais pourtant du talent à Rohff…

Bah ouais, j’ai même rappé avec Rohff, j’aimais bien la Mafia K’1 Fry. Mais il est comme plein d’artistes qui n’ont pas su se renouveler. Comme les sportifs, qui brillent un an, deux ans et puis s’éteignent. Sinik aussi, il avait du talent. Mais ils ont pas su traverser les époques.

Jay-Z et Nas ont fini par faire la paix. C’est quelque chose d’inconcevable pour toi ?

Ça dépend. Il y a des trucs qui se pardonnent et il y a des trucs qui ne se pardonnent pas. Quand tu t’en prends à ma famille, il n’y a plus de retours en arrière possibles.

Tu n’as pas envie de pardonner des fois ?

Pardonner quoi ?

Te réconcilier un jour avec un mec comme Kaaris avec qui tu avais une vraie affinité artistique.

Non, c’est terminé. Je peux pas oublier les insultes et les trahisons. Il a du talent et un potentiel mais ça reste un produit brut qui a cru à tort qu’il pouvait me détrôner. Il s’est mis dans ce clash tout seul. Pourquoi il a été faire son freestyle à la radio pour m’insulter ? Moi, j’étais dans mon coin, je le laissais finir son album sans rien dire…

Retrouvez l’interview entière sur le site des Inrocks.

 

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.