6 projets sortis en février à découvrir !

Comme vous avez pu le constater, il est devenu impossible pour qui que ce soit de suivre toutes les sorties et encore plus d’écouter tous les projets. On a malgré tout pris le temps de sélectionner quelques projets de qualité qui sont injustement passés sous les radars.

On attaque tout de suite avec un rappeur originaire de Montreuil qui a sorti son 14e projet ce mois-ci, je veux bien sûr parler de Swift Guad qui s’est allié au producteur d’Orléans Raw Saïtama, comme ce fut le cas par le passé sur « Freestyle Champion » à l’occasion de la victoire de la France lors de la dernière Coupe du Monde, pour nous livrer « Guérilla » composé de 8 morceaux et de 8 instrus. Habitué des projets collaboratifs avec un beatmaker comme il a notamment pu le faire aux côtés de Mani Deiz pour « Masterpiece », le rappeur d’origine italo-yougoslave est comme du bon whisky, il se bonifie avec le temps et ses derniers projets à l’image de « Vice & Vertu Vol.3 » sorti en fin d’année dernière sont plus réfléchis et encore mieux écrits que par le passé. Cet EP ne fait pas figure d’exception, on sent que Swift a pris du recul sur sa vie et la vie d’une manière générale bien qu’il continue d’aborder ses thèmes de prédilections comme la police, les femmes, l’alcool, il adopte une vision un peu différente mais avec toujours ce même vague à l’âme, cette plume affûtée et son équipe à savoir Ol Zico, Paco & Original Tonio présents sur le projet.

L’année dernière, beaucoup de rappeurs ont fait des titres en hommage à la « Casa de Papel » mais peu d’entre eux ont fait des titres réussis, à l’image de Rémy sur « Bella Ciao » , SKG (Sidy Kahi Gang) a envoyé un morceau qui a bien fonctionné et qui lui a permis de buzzer – plus de 55 millions de vues – mais sans talent il serait retombé aussitôt dans l’anonymat. Bien heureusement le duo originaire des Yvelines fait partie des jeunes rappeurs à suivre et a démontré qu’il n’était pas juste un bout de buzz. Si on devait décrire leur style, ça serait un mélange entre trap et chant, beaucoup d’egotrip et de critiques envers les « haters » ou faux potes comme sur les titres « Jalousie » ou « Va Falloir Assumer », en somme rien de bien nouveau mais ça reste efficace. Au final, on se retrouve avec un 12 titres intitulé « C’est La Vie » qui nous donne envie d’entendre la suite. On espère qu’il y en aura une car un des deux membres vient d’être arrêté pour une grosse affaire judiciaire remontant à 2017, une info passée inaperçue le mois dernier et dont nous ignorons sa réelle implication pour l’instant. Laissons parler la musique avant le reste !

Ils sont deux, ils sont frères d’origine Afro-vietnamienne, ils ont pour blases Kuma et Swee, ils forment le duo Black Samuraï et viennent de Bordeaux. Méconnus de la plupart des auditeurs en dehors de leur ville et de quelques curieux, après avoir fait la première partie de Josman l’année dernière avec Galaburdy que l’on vous a déjà présenté, ils ont sorti leur premier EP « Namba Aruki » fin février, l’occasion pour nous d’en parler, de vous les faire découvrir et de rentrer dans l’univers empreint de mélancolie, d’egotrip, de culture pop, de trap et de mélodie des samouraïs bordelais. Portant le nom d’une marche japonaise d’antan réputée comme plus efficace et meilleure pour la santé que celle d’aujourd’hui, mais aussi et surtout utilisée par les samouraïs afin d’avoir les mains en permanence proches de leur sabre, avec ce titre on peut comprendre que les deux frangins sont prêts à dégainer à tout moment et mettre sur la touche la concurrence. Composé de 6 sons entièrement produits par eux, en seulement 18 minutes, on peut constater qu’ils maitrisent leur style en réussissant à joindre leurs deux passions, la musique et la culture japonaise. Entre trap énervée et morceaux plus aériens, nous faisons face à un binôme qui se complète bien et très prometteur pour la suite. « Black Samurai dans les oreilles, dose de whisky dans le gobelet », découvrez une de nos belles révélations du mois de février !

Place maintenant à un deuxième old timer, qui a déjà collaboré avec Le Gouffre, qui est proche de Dany Dan comme en témoigne la présence par 2 fois du membre des Sages Po’ sur le dernier projet « Le Roi Des Animaux Vol.1 » de Saloon ainsi que la présence il y a quelques années de ce dernier sur la mixtape « Spéciale Dany Dan Vol.3 ». Quasiment absent depuis une décennie depuis la sortie de son album « 4ème Singe » malgré une présence sur « Marche Arrière » du Gouffre, Saloon est de retour. Pour décrire son univers et son style, quoi de mieux que de citer l’artiste lui-même ? « Sans auto-tune, j’fais mon truc bio moi-même, les rimes sont écrites à la main genre affinées à l’ancienne, j’rappe pour les connaisseurs, les puristes, ceux qui vivent le rap pour de vrai ». Originaire de Boulogne comme Dany, ce projet est clairement pour ceux qui aiment le rap old school, ceux qui accordent beaucoup d’importance à la plume et qui kiffent les beats à l’ancienne. Un retour remarqué car il a mis en vente cet EP 7 titres en vinyle et il est déjà en rupture de stock, le projet est un volume 1, vivement le volume 2 !

Laissez-vous tenter par une des plumes les plus sous-estimées du game, un rappeur qui a sorti beaucoup de très bons projets passés sous silence comme « San Francisco » ou « Rose De Jéricho », je veux parler de LK De l’Hotel Moscou qui est basé aujourd’hui à Londres. Celui qui avoue écrire des « chansons fragiles » est revenu en 2019 avec un projet 7 titres « Aphelion » entièrement produit par Corrado. Déjà arrêtons-nous sur le titre du projet, l’aphelion correspond en termes simples au moment où un point est le plus éloigné du centre du Soleil, rien qu’avec ce nom, des recherches et des connaissances sont nécessaires afin de saisir le sens profond caché derrière, et il en va de même tout au long des différents morceaux où l’artiste né à Thonon se livre comme à son habitude sans filtre sur l’amour, l’alcool et les drogues sur des instrus cloud en utilisant métaphores et comparaisons pour nous partager ses émotions. Ce projet d’une pureté rare est probablement ce qu’il a fait de mieux et mérite donc que vous y accordiez un peu de votre temps car il vaut mieux tard que jamais. Et encore, on ne vous a même pas parlé des featurings…

Finissons ce beau mois pour le rap français avec un artiste du groupe parisien HPA MOB à savoir KuRt 20:20 qui nous a offert son premier projet solo avec « Noir Ivoire ». Dans cette tape de 11 titres, l’artiste vient nous poser ses idéaux dès l’intro avec un « fuck une vie de star, vivre comme jeune légende, fuck tout strass et paillettes j’veux ma tête chez Lafayette », entre egotrip et réflexion, rêves et réalité, on sent que Kurt ne souhaite pas être dans la tendance, a pleinement conscience de son potentiel et sait où il veut aller et surtout comment atteindre ses objectifs. Si vous souhaitez vous faire une idée avant de lancer play, on ne peut que vous conseiller le très bon « Cotillard » en featuring avec Eden Dillinger du groupe High Five Crew qui est produit par Piège et qui possède un niveau d’écriture chez les deux rappeurs assez bluffant, on sent qu’ils se sont tous les deux tirés vers le haut. En attendant la suite avec son groupe HPA MOB ou avec Wallace Cleaver avec qui il forme le binôme Garden Club, il est fortement recommandé de découvrir ce projet d’une trentaine de minutes qui vous reposera comme pourra vous faire réfléchir. Vous pourrez vous attarder sur les paroles comme vous focaliser sur les intrus, c’est à vous de voir mais une chose est certaine chaque écoute semble différente et toujours plus plaisante.

 

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.