Orelsan passe derrière la caméra pour son premier long métrage (Actu)

Orelsan passe derrière la caméra pour son premier long métrage (Actu)

0
orelsan-passe-derriere-la-camera-pour-son-premier-long-metrage-actu-2015

Découvre l’interview de Orelsan pour Les Inrocks donnée à l’occasion de la sortie du premier long métrage comique du rappeur normand qui racontera leur histoire tout comme dans le projet « Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters » toujours dispo et laisse un commentaire..

Pour son premier long métrage, Orelsan décline l’album-concept de son groupe Casseurs Flowters, soit le quotidien de deux musiciens flemmards et sans ambition. Une première pour le rappeur, qui se confronte à la comédie et à la réalisation. Rencontre.

A la Poterne, un restaurant niché au cœur du vieux Caen, Orelsan tourne ce matin une scène de son premier long métrage. L’équipe est en plein rush, mais dans la petite salle du fond, au milieu des trophées de chasse qui tapissent les murs, on se la coule douce : “Dans une chanson, le temps est un tempo qui file et ne t’attends pas. Il est plus compliqué de chanter que de servir un texte au cinéma, finalement”, devise le comédien Vincent Nemeth, en pleine discussion avec Orelsan – dont il incarne le beau-père à l’écran. Affalé dans un fauteuil sous une imposante tête d’élan empaillée, le rappeur confirme en terminant son dessert : “C’est ce que je découvre ici : je peux penser mon texte pendant que je le joue, faire des pauses, alors que sur scène tout est immédiat “.
Devant et derrière la caméra
Pour le rappeur bas-normand, qui fait ici ses débuts de réalisateur et de comédien, ce tournage à 1,8 M€, peuplé de comédiens, de techniciens et de maquilleurs est en effet une découverte. Lorsqu’en 2013, est sorti l’album des Casseurs Flowters, le duo qu’il forme avec Gringe, il évoquait pourtant son envie de faire un film basé sur les aventures de ces deux rappeurs incapables de lancer leur carrière. Mais il pensait plus petit : “J’avais écrit un scénario qu’on voulait réaliser pépère, entre potes. Mais je me suis pris au jeu, j’ai bossé le scénario, l’écriture, les ressorts narratifs, et j’ai décidé de me confronter au vrai truc, de faire un film”, détaille-t-il.

 

Retrouve la suite de l’interview sur le site : Les InRocks

LAISSER UNE RÉPONSE