booba-hardcore-et-plus-en-forme-que-jamais-sur-nero-nemesis-chronique-400x400-2015

Que penser de cet album ?

Ce projet, est beaucoup plus homogène, l’album de l’ère OKLM, qui vise à devenir un très gros média rap. Récemment, on a vu le site réaliser ses propres interviews : on a pu y voir notamment Benash, Hooss et Gradur, qui ont marqué l’actu des derniers mois.
Voilà un peu l’esprit de l’album : pas de prises de risque musicale, rester très tendancieux, mais un gros travail sur le rap, la punchline mais pas que…sur les procédés d’écriture en général. Un album sur les retours aux fondamentaux, du rap brut et une dimension locale qui va avec l’expansion de sa plateforme OKLM.

Local jusque dans les featurings : On retrouve Damso, déjà présent sur le tracklist de la compile OKLM, a eu la chance d’être également invité sur cet album et de nous lâcher un couplet sur l’un des morceaux les plus hard de l’album « Pinocchio » très mature et un flow qui lead totalement la prod (ou l’inverse, on sait plus…) mais très maitrisé et serein.

«La trap française, moi j’l’éjacule sur le torse Salope ferme ta gueule, pour le prix d’un j’te mets deux doigts» – Pinocchio

Une attitude encore plus agressive :
De nombreuses métaphores asservies à son hardcore, qui a encore pris un ton au-dessus comparé à ses précédents projets. Nero Nemesis est incisif, arrogant et très froid. Mentionnée expressément : Rohff et Kaaris qui en prennent pour leur grade (Walabok & Attila). De l’arrogance qui nourrit le fantasme du public car c’est fait avec style, un style particulier qui fascine. Cette fiction du mâle dominant dans tous les domaines : l’argent, la concurrence, le rap.

« L’accoudoir du R mon seul appui. » – Talion

Les prod’ sont totalement folles. Un univers sonore désinhibé et tout frais à chaque track, qui constitue (encore ?) un des gros points forts de NNMS. Malgré la participation de multiples beatmakers, on s’y retrouve largement. Moins présente est l’idée de nous faire voyager au travers des sons (pour rejoindre l’idée de « locale ») comme ça pouvait l’être sur DUC avec des morceaux comme Adieu Mon Pays, Loin d’ici, G-Love, Mové Lang. Ici on est à Medellín pour la re-pu, la te-pu et la violence.

beatmakers-nero-nemesis

 

Un gros effet de surprise dans un contexte favorable :
Avec DUC, il y avait 19 titres et 6 exclus (de mémoire, et pas dans l’ordre Tony Sosa, LVMH, Billets Violets, 3G, La Mort Leur Va Si Bien et OKLM). Taper fort avec des exclus et créer la surprise avec des sons (nouveautés) avec des sons autotunés (Loin d’ici, Mon Pays, G-Love, Jack Da, All Set, et les deux gros featurings Future et Lino. Grossièrement, c’était ça le marketing de DUC. Taper fort avec les exclus pour peut-être lancer tout aussi fort l’album. Alors que pour Nero Nemesis, le marketing est plus doux et plus réfléchi.
Le 4 DéSombre :
Déjà, premier effet de surprise : cette impression d’annonce un peu dans l’urgence : 20 octobre : c’est par Rohff que l’on apprend que Booba compte sortir son album en préparation (secrètement) le même jour que lui. Je suppose qu’il comptait « niquer la surprise » en leakant l’info, mais raté ! Le lendemain ou quelques jours après, Nekfeu annonce la sortie de la réédition de l’album « Feu », lui aussi pour le 04/12. Puis début Novembre (entre le 4 et le 6) c’est autour de Jul d’annoncer « My World » toujours à cette date qu’est le 4 décembre, jour que nous sommes pas prêts d’oublier.

4desombre

Conclusion : Rohff pensait :
de 1- être le seul le 04 (son projet annoncé depuis Septembre)
de 2 – pouvoir « niquer la surprise » grâce à son communiqué et dévoiler le tête à tête qui se préparait SECRÈTEMENT, mais ça s’est fini en « bagarre générale ».
Le Duc a été celui qui a fait monter les enchères à son pic, puisque le jour de l’annonce de Jul, comme si de rien était, sur Instagram « quand t’as envie d’sortir un album le 04 décembre » sans mentionner qui que ce soit et officialiser l’annonce 3 jours plus tard, le 9 novembre. Même pas un mois avant la sortie : ce qui créer inévitablement une très grosse hâte.
Nero Nemesis c’est 13 titres dont seulement 3 singles : Validée, Attila, Génération Assassin. Mais en prenant du recul, il a pas eu besoin d’en faire trop :
  • L’histoire avec Dam16 lui a permis de faire parler de lui.
  • Benash/Sultan/Shay se sont occupés du relai de la promo « image » en enfilant les crampons et le maillot noir floqué 92i
Ces deux histoires ont bien servi à orner cette bien courte promo de Septembre à Novembre avec Validée et Attila clippés, à 1 mois d’intervalle.
Le projet de Gradur – « ShegueyVara 2 » a bien aidé : Sorti le 27 novembre, tous curieux de découvrir ce que pouvait donner cette connexion sur « Balti », où on y entend un Booba en très grosse forme. Un son qui fait écho à Attila qu’on avait entendu il y a quelques semaines. Puis vient cet inédit hors-série qu’est Félix Éboué. Pas besoin de faire l’unanimité, mais réussi à faire monter les enchères autour de l’album et pour clore le tout : Génération assassin, où là encore pour la 3ème fois ça kick fort !

« Flow du cartel Sinaloa » – Génération Assassin

A qui profite le leak ?
30 Novembre : leak de l’album ; Suicidaire ? Pas sûr que ça lui desserve tant que ça au final. C’est prendre une longueur d’avance sur la concurrence, brouiller les ondes (oui « brouiller les ondes » au sens propre ! N’oublions pas que c’est la semaine de planète rap pour Rohff ) puis tout simplement c’est la dernière ligne droite, donc quoi de plus loyal envers la déloyauté que d’user de quelques ruses pour occuper les oreilles des auditeurs pendant cette semaine où la tension/l’attention est au max ?
En attendant, je suis prêt à prendre les paris : les interviews post promo se feront soit dans un média de masse, chez GQ ? (qui a déjà fait un article sur l’album), l’abcdr du son ? , les inRocks ? ou…ou… sur OKLM ?
Si toi aussi cette chronique tu l’as validée, n’hésite pas à me suivre sur Twitter, pour échanger divers avis, des remarques, parler rap etc, c’est ici @Ton Gars Djo et avant de vous laisser, je tiens tout de même à préciser vu que j’en vois déjà venir certains, que je suis ni pro Booba ou Rohff, j’apprécie les deux artistes pour leur parcours…

LAISSER UNE RÉPONSE