alonzo-reglement-de-comptes-cover-tracklist-2014

Tracklist « Règlement de Comptes »

1. Foumbouni
2. Même Tarif
3. En Boucle
4. La Belle Vie
5. Dans Son Sac
6. Carré VIP
7. Y a Rien à Faire
8. Brinks
9. Marseille
10. En Bombe
11. Bronzé à Vie
12. RDC
13. Tu Vas Parler
14. Merci
15. Il Le Fallait

La haramiste de la psy4atra,

 

On va pas être trop long. Je pense qu’Alonzo a parfaitement trouvé son registre. Trouvé ou s’adapter, là n’est pas la question, en tout cas, il est sur la lignée de ce qui fonctionne très bien.

I. Un promo efficace

 

La Belle Vie avait lancé la promo de Règlement de Comptes. Ce single avait bien nourri la hâte autour de cet album et annonçait un Alonzo plus que déterminé. Y a Rien À Faire a confirmé cette détermination et toute autre hypothèse allant dans ce sens. 2 solides singles, clippés par la suite, qui ont bien assuré la pré-promo au point même de passer un peu outre la déception des 2 suivants : Même Tarif et Tu Vas Parler. 2 sur 4 en pré-promo, et pourtant, depuis fin Novembre, l’attente était toujours la même.

II. Des ingrédients simples

 

Mon avis sur cet album : D’un côté je le trouve très réussi avec un Spike Miller à la réalisation qui soutient parfaitement la direction que prend cet album : beaucoup d’énergie, d’explosivité, d’égo-trap.
Toutefois, je pense qu’avant de s’emballer en disant que cet album est parfait, je dirais qu’Alonzo fait tout simplement ce qui fonctionne de mieux avec un rap qui est le reflet de ce qui se consomme bien, à l’image des personnes présentes sur cet album : Gradur, Booba, Lacriim, Maitre Gims.
Son album n’est pas « ouf », mais disons que je préfère un album comme ça : avec des ingrédients simples & stratégiques, mais tant que c’est bien fait, ça me va.

III. Conclusion

 

Malgré une courte critique, il est important de reconnaitre cette qualité de kickeur qu’a Alonzo. En Boucle et Carré VIP sont des morceaux dont il faut se délecter sans modération.
Dans la trame de l’album, j’ai redécouvert Même Tarif qui se laisse écouter, et s’apprécie grandement même je dirais. Alonzo donne ce quelque chose au refrain sans parler de l’instru folle derrière qui accompagne.

Alonzo vient faire asseoir le style entertainment au plus haut grâce à cet album. Malgré la simplicité du truc et le registre choisi, je pense que ce sera un des « must-have » de cette année sans parler de classique et sans faire dans l’excès.

PS : ça sent le disque de roro.

LAISSER UNE RÉPONSE